Interview

Émission « La Bande Originale » consacrée à Jacques Weber, qui vient de publier un livre sur Flaubert : Vivre en bourgeois, penser en demi-dieu (Fayard,2018). France Inter mercredi 28 février à partir de 11 h 04.

Avec une interview de Gisèle Séginger, à l’occasion de la parution du Dictionnaire Flaubert (Champion, 2017).

 

Éditions et sites de référence

– Correspondance, édition de Jean Bruneau et Yvan Leclerc, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade », 5 volumes [Corr.].
Correspondance, nouvelle édition, mise en ligne sur le site Flaubert de l’université de Rouen (avec des lettres inédites).
– Carnets de travail, édition de Pierre-Marc de Biasi, Balland, 1988 [CT].
– Œuvres de jeunesse, édition de Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2001 [OJ]. Ce volume contient les textes écrits entre 1835 et 1845.
– Voyage en Orient, Œuvres complètes, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, II, 2013 [VO].
– L’Éducation sentimentale de 1845 [ES 1845], OEuvres de jeunesse, édition établie par Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2001 (OJ, voir ci-dessous).
– Par les champs et par les grèves, édition de Guy Sagues, OEuvres complètes, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, II, 2013 [CG].
– Madame Bovary, édition de Jeanne Bem, OEuvres complètes, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, 2013 [MB].
– Salammbô, édition d’Yvan Leclerc et Gisèle Séginger, OEuvres complètes, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, III, 2013 [S].
– L’Éducation sentimentale (1869), édition établie par P. -M. de Biasi, Le Livre de Poche, 2002 [ES].
– La Tentation de saint Antoine (1849 et 1856)Œuvres complètes, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», II, 2013 [T 1849 ou T 1856].
– La Tentation de saint Antoine (1874), édition de Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, coll. « Folio », 1983 [T 1874].
– Trois contes, édition de Pierre-Marc de Biasi, Flammarion, « GF », 2007, [TC].
– Bouvard et Pécuchetédition de S. Dord-Crouslé, coll. « GF », Flammarion, 2000 [BP]

Les références aux avant-textes renvoient sauf mention contraire à des manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale de France [BnF] sous des cotes diverses des Nouvelles acquisitions françaises [N.a.fr.], ou à la Bibliothèque Municipale de Rouen [BMR] (manuscrits de Madame Bovary et de Bouvard et Pécuchet), ou encore à de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris [BHVP]. Deux autres bibliothèques importantes conservent des manuscrits de Flaubert à l’étranger : la bibliothèque de la Fondation Martin Bodmer à Cologny (Suisse), et la Pierpont Morgan Library à New York.

Des transcriptions de dossiers génétiques auxquels nous renvoyons sont consultables en ligne. Nous donnons dans ce cas la cote du manuscrit et le numéro du folio.
Les avant-textes de Madame Bovary sont consultables sur le site du Centre Flaubert de l’université de Rouen (dir. Yvan Leclerc).
Le dossier documentaire de Bouvard et Pécuchet transcrit sous la direction de Stéphanie Dord-Crouslé est consultable en ligne.
Les scénarios et brouillons de Bouvard et Pécuchet sont publiés sur le site du Centre Flaubert de l’université de Rouen (dir. Yvan Leclerc).

Une reconstitution de la bibliothèque réelle de Flaubert et un catalogue de la bibliothèque léguée à la ville de Canteleu sont accessibles sur le site Flaubert de l’université de Rouen.

Les textes de réception contemporains de la publication des œuvres cités avec la seule mention de l’organe de presse et de la date de publication sont accessibles sur le site Flaubert de l’université de Rouen à la rubrique Ressources par œuvre.

Des ressources iconographiques sont accessibles à partir des rubriques Iconographie et Dérivés du site Flaubert de l’université de Rouen.

Une base iconothèque Flaubert et le pouvoir des images a été développée dans le cadre du programme ANR FLIM (FLaubert IMAges), dirigé par Anne Herschberg-Pierrot à l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM).

 

Médecine

La médecine est bien présente chez Flaubert dès ses œuvres de jeunesse. La belle explication de la « fameuse » constipation, texte écrit en 1831, présente une parodie du discours médical qu’il transforme en un morceau scatologique bouffon. Ce pastiche suppose que le jeune Gustave a déjà une certaine connaissance du « style médical », qui constituera cinquante ans plus tard une rubrique du second volume de Bouvard et Pécuchet. Il y a aussi des médecins parmi les personnages comme le docteur Ohmlyn de Rage et impuissance et le héros éponyme des Funérailles du Docteur Mathurin. Ce dernier est surtout important dans la mesure où son portrait grotesque préfigure par certains traits celui d’un autre médecin flaubertien, le docteur Larivière de Madame Bovary, associé souvent au souvenir du père du romancier. Tous les deux sont en effet dotés d’une perspicacité redoutable, proche de « ce coup d’œil médical de la vie » que Flaubert prise dans une lettre (Corr., II, 78) ; l’œil de Mathurin comparé à « une sonde magnétique [qui] entrait dans votre âme » (OJ, 623) rappelle bien évidemment le regard de Larivière qui, « plus tranchant que ses bistouris, vous descendait droit dans l’âme » (MB, 432). L’image de ces deux médecins est plutôt positive malgré une pointe d’ironie qu’on peut y déceler sans trop de difficulté.

En général, les écrits de Flaubert donnent du corps médical une image franchement critique. Cela n’étonne guère de la part d’un écrivain qui affirmait, à plusieurs reprises dans ses lettres, « [son] mépris pour les médecins » (Corr., IV, 568). Ainsi, Madame Bovary compte parmi ses personnages trois médecins et un pharmacien qui sont tous plus ou moins ridiculisés, à l’exception du docteur Larivière. L’épisode de l’opération du pied-bot met en scène de façon particulièrement sarcastique l’impuissance de la médecine incarnée par l’officier de santé Charles Bovary et l’apothicaire Homais. Le docteur Canivet, placé plus haut dans la hiérarchie médicale et qui affiche alors sa supériorité face à ces deux Yonvillais, se montre lui aussi parfaitement incompétent lors de l’empoisonnement d’Emma par l’arsenic. Il est ainsi réprimandé par son collègue Larivière, qui ne vient toutefois que constater l’échec de la thérapeutique.

Les personnages médicaux ne sont d’ailleurs pas mieux traités dans les autres romans modernes de Flaubert. Il en va ainsi du médecin que Frédéric rencontre dans un bal chez Rosanette, le docteur Des Rogis : « enragé de n’être pas célèbre, il a écrit un livre de pornographie médicale, [et] cire volontiers les bottes dans le grand monde » (ES, 193). De même, le docteur Vaucorbeil de Bouvard et Pécuchet est manifestement tourné en dérision. C’est un homme du ressentiment qui « regrettait Paris » et dont le caractère morose s’explique par « la conscience de sa vie manquée » (BP, 217). Sa compétence professionnelle est fort douteuse comme le suggère l’épisode de l’herpès de Mme Bordin. De fait, il se trouve humilié par la réussite des deux bonshommes dans le traitement de ce mal qu’il n’a pas su guérir lui-même. Somme toute, les figures médicales sont très peu valorisées dans les romans flaubertiens, qui reflètent sur ce point l’opinion personnelle de leur auteur.

Cependant, le problème de la médecine chez Flaubert ne se restreint pas à celui de la représentation des médecins. En fait, plus significative est la manière dont le savoir médical alimente les œuvres flaubertiennes dont l’ensemble présente l’aspect d’une véritable encyclopédie du XIXe siècle. Ce caractère documenté des textes romanesques est, du reste, tout à fait conforme à la poétique de l’écrivain, qui déclarait dans une lettre à Louise Colet du 7 avril 1854 : « Il faudrait tout connaître pour écrire ». Fidèle à ce principe, il appartient lui-même à la lignée des écrivains-savants qu’il fait remonter à Rabelais, à Ronsard, voire à Homère. Il considère ainsi que les chefs-d’œuvre littéraires sont tous des « encyclopédies de leur époque » (Corr., II, 544-545). Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que ses propres œuvres aient été faites sur la base d’une érudition extraordinaire. De Madame Bovary à Bouvard et Pécuchet, tous les romans flaubertiens ont en effet requis des recherches documentaires préparatoires portant sur les domaines les plus divers du savoir contemporain. Parmi ces livres dont la totalité constitue une immense bibliothèque, les sciences médicales occupent sans conteste une place des plus privilégiées.

Dans le premier roman publié de Flaubert, les lectures médicales s’imposaient notamment avec les épisodes de l’opération du pied-bot et de l’empoisonnement à l’arsenic. Pour le premier épisode, l’auteur a mis à contribution le Traité pratique du pied-bot par Vincent Duval (J.-B. Baillière, 1839), célèbre orthopédiste et disciple d’Achille-Cléophas Flaubert. Comme l’ont fait remarquer plusieurs critiques, le choix de cette source n’est sans doute pas innocent, car il y est fait mention d’un échec du père de l’écrivain lors d’une opération similaire, si bien que l’épisode romanesque peut en être considéré comme une transposition voilée. Quant au second, les scénarios du roman montrent que l’écrivain avait d’emblée l’intention de puiser des « détails médicaux et précis » dans les ouvrages spécialisés (MBsc, 11 et 19 ; gg 9, f° 11 et 37). Flaubert a effectivement lu le Traité de médecine légale de Mateo Orfila (3e édition, Béchet jeune, 1836, 4 vol.) et l’article « Arsenic » du Dictionnaire de médecine (2e édition, Béchet jeune et Labé, t. IV, 1833). Les notes de lecture prises sur ces livres, conservées actuellement à la Bibliotheca Bodmeriana, nous permettent de mesurer exactement l’importance des sources scientifiques pour l’invention romanesque de Flaubert. Tous les symptômes que l’héroïne présente sur son lit de mort se trouvent en effet tirés des observations proprement cliniques, qui informent ainsi la description littéraire du corps souffrant.

Depuis, Flaubert n’a jamais cessé de se référer aux livres médicaux. Pour citer ici quelques exemples représentatifs, il a lu pour Salammbô le Traité complet de l’hystérie par H. Landouzy (J.-B. et G. Baillière, 1846), qui lui a servi à dépeindre les malaises de l’héroïne carthaginoise. Afin de rédiger la scène du Défilé de la Hache, il a consulté quelques livres de physiologie avec la thèse du Dr Savigny, médecin à bord de la Méduse, contenant les descriptions des effets de la famine (A. Eymery, 1818). Pour L’Éducation sentimentale, l’épisode de la maladie de l’enfant Arnoux a obligé le romancier à visiter l’hôpital Sainte-Eugénie pour y observer lui-même les symptômes du croup. Il a d’ailleurs complété ses propres observations par des traités médicaux tels que le Traité clinique et pratique des maladies des enfants par Rilliet et Barthez (2e édition, G. Baillière, 1853) et la Clinique médicale de l’Hôtel-Dieu de Paris d’Armand Trousseau (2e édition, J.-B. Baillière et fils, 1865). Quant à La Tentation de saint Antoine, sa structure d’ensemble repose sur l’hypothèse d’une hallucination de l’ermite et on trouve dans le Carnet 16 bis deux passages empruntés aux ouvrages des aliénistes renommés Jean-Étienne-Dominique Esquirol et Ulysse Trélat (f° 35 v° et 38 v°). Les Trois contes ont également nécessité des lectures médicales, comme l’attestent, entre autres, les notes sur la pneumonie pour Un Cœur simple (N.a.fr. 23663, f° 385 et 386).

Enfin, lorsque Flaubert s’est mis à la documentation préliminaire de Bouvard et Pécuchet en août 1872, il a commencé ses travaux de recherche par la médecine. En témoignent plusieurs lettres datant de cette période, comme dans celle-ci adressée à Mme Roger des Genettes le 19 août : « Pour cela, il va me falloir étudier beaucoup de choses que j’ignore : la chimie, la médecine, l’agriculture. Je suis maintenant dans la médecine » (Corr., IV, 559). Ce témoignage épistolaire est, par ailleurs, confirmé par une liste bibliographique dans laquelle l’écrivain a soigneusement consigné les références des livres lus : le Carnet 15 (f° 64 v°) donne les titres d’une dizaine d’ouvrages médicaux (CT, 510), qui ont pour ainsi dire inauguré ce qu’il appelait « [ses] grandes lectures ». Il est, en tout cas, fort significatif que Flaubert ait commencé par s’occuper de la science de son père pour se lancer dans cette entreprise démesurée dont l’extrême difficulté l’effrayait déjà à l’époque.

La rédaction de la section médicale de Bouvard (chapitre III) n’aura fini qu’à la mi-juillet 1877, après deux ans d’interruption pendant lesquels ont été écrits les Trois contes. Les lectures médicales effectuées par le romancier ont donné lieu à un imposant dossier de notes de lecture. Ce dossier médical (g 2267, f° 24-158) se compose au total de 136 feuillets, soit 233 pages, et regroupe des notes plus ou moins détaillées prises sur environ soixante-dix ouvrages qui relèvent de divers genres de la littérature médicale : traités de clinique et de pathologie, livres de médecine populaire, traités de physiologie, la célèbre Histoire des sciences médicales de Ch. Daremberg (J.-B. Baillière et fils, 1870), études de philosophie médicale, traités sur la femme qui constituaient alors un genre spécifique, et manuels d’hygiène, etc., sans compter plusieurs thèses de doctorat ou d’agrégation. Il est à noter que parmi ces titres se trouve notamment le Dictionnaire des sciences médicales en 60 volumes (C.-L.-F. Panckoucke, 1812-1822), sur lequel Flaubert a pris 42 pages de notes (g 2267, f° 105-125 v°) . S’y ajoutent, en outre, quelques livres d’anatomie qui ne figurent pas dans le dossier des notes, mais dont on est sûr que le romancier les a lus. Aussi faut-il admettre qu’il n’a rien exagéré en mettant l’accent sur la densité documentaire de son texte romanesque : « la médecine — 16 pages — qui contiendront plus de cent volumes » (Corr., V, 260). La prose flaubertienne est souvent le résultat d’un travail de condensation esthétique opéré à partir d’une érudition extraordinaire.

Quoi qu’il en soit, nul doute que la médecine constitue une des sections les plus importantes dans les recherches documentaires qui caractérise la méthode de travail de notre écrivain. Il arrive même à celui-ci de parler de l’attrait que cette discipline exerce sur lui : « C’est une chose étrange, comme je suis attiré par les études médicales […]. J’ai envie de disséquer. Si j’étais plus jeune de dix ans, je m’y mettrais » (Corr., III, 59). On est naturellement tenté d’attribuer au milieu familial de Flaubert cette prépondérance accordée à la médecine. Il ne faut pourtant pas oublier que cette association d’idées n’est au fond qu’un poncif, lancé par Sainte-Beuve dès la parution de Madame Bovary. Comparant alors la plume du romancier au scalpel, le critique établit un rapport de causalité entre le réalisme de Flaubert et sa filiation : « Anatomistes et physiologistes, je vous retrouve partout ! » Il est certain que cette image n’a pas charmé le romancier, qui s’en moque dans le Dictionnaire des idées reçues : « Il y a des romans écrits avec la pointe d’un scalpel » (BP, 434).

Il est plus fondamental de remarquer l’influence que Flaubert a reçue du cadre hospitalier dans lequel il avait été élevé. Fils d’un chirurgien en chef de l’Hôtel-Dieu de Rouen, le futur romancier a grandi, d’après ses propres dires, « au milieu de toutes les misères humaines – dont un mur [le] séparait » (Corr., II, 697). Son enfance s’est passée dans une ambiance toute particulière qu’il évoque dans une lettre à Louise Colet du 7 juillet 1853 : « L’amphithéâtre de L’Hôtel-Dieu donnait sur notre jardin. Que de fois, avec ma sœur, n’avons-nous pas grimpé au treillage et, suspendus entre la vigne, regardé curieusement les cadavres étalés » (Corr., II, 376). De même, dans une œuvre de jeunesse, La Peste à Florence, le narrateur mentionne « quelque chose d’humide et sépulcral, semblable à l’odeur d’un amphithéâtre de dissection » (OJ, 155). Ce voisinage quotidien avec la maladie et la mort semble avoir laissé une empreinte indélébile sur l’esprit de Flaubert. L’ironie de la nature indifférente aux volontés humaines et s’opposant aux efforts des sciences est en effet un des thèmes essentiels de ses œuvres romanesques. Cette vision pessimiste ne l’empêche pourtant pas de se référer constamment au savoir dont il se plaît à souligner les insuffisances et la vanité.

Or, il importe de noter que le cas de Flaubert ne faisait pas vraiment exception et que le recours au savoir médical était une pratique largement répandue dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les romanciers dits réalistes ou naturalistes se documentaient fréquemment dans le domaine des sciences médicales afin de recueillir des renseignements nécessaires à leur création littéraire. Soucieux par-dessus tout de la véracité des détails descriptifs et techniques, des auteurs comme les Goncourt ou Zola exploitaient volontiers des sources médicales chaque fois qu’ils avaient à dépeindre les symptômes d’une maladie ou les effets d’un traitement. Jean-Louis Cabanès désigne sous le nom de documentation clinique cet usage des livres médicaux à des fins descriptives. Le savoir médical semblait nécessaire à l’époque pour garantir la vraisemblance de l’œuvre et servir de caution réaliste à l’imagination romanesque.

Il est évident que Flaubert ne dédaignait pas ce type de documentation et que quelques-unes de ses lectures avaient pour objectif de collecter des détails véridiques, comme dans le cas de l’enquête sur l’arsenic. En même temps, il est aussi vrai que son intérêt pour la médecine dépasse de beaucoup cette simple dimension clinique. Bouvard et Pécuchet, dont la première moitié du chapitre III consacrée aux sciences médicales repose sur une grande quantité de lectures, en est la preuve. En prenant des notes, par exemple, sur des manuels d’hygiène, Flaubert s’appliquait notamment à mettre en lumière des divergences d’opinion qu’il y avait entre les auteurs. L’hygiénisme en vogue apparaissait ainsi, sous son regard critique, comme un foyer des idées reçues contradictoires. Sur le plan des systèmes médicaux, l’écrivain s’intéressait principalement à l’opposition entre vitalisme et organicisme, très forte dans la pensée médicale avant le triomphe définitif de Claude Bernard. Elle a d’ailleurs donné lieu à un épisode cocasse dans le roman, celui de la fièvre typhoïde du fermier Gouy dans lequel on voit le vitaliste Pécuchet polémiquer avec l’organiciste Vaucorbeil. De même, en consultant l’ouvrage de Claude Bernard, Leçons de pathologie expérimentale (J.-B. Baillière et fils, 1872), Flaubert s’est efforcé, non de saisir les enjeux scientifiques de l’innovation bernardienne, mais de traquer des faiblesses et des naïvetés dont la médecine expérimentale naissante n’était pas encore exempte.

Après tout, l’auteur de Bouvard interroge la médecine du point de vue de ce qu’il appelle « le comique d’idées » (Corr., V, 214). Le rapport qu’il établit alors avec le savoir est moins technique que critique ou philosophique, et son investigation dans ce domaine porte parfois sur la dimension spéculative de la science susceptible de donner matière à fiction. En ce temps-là, les auteurs médicaux n’hésitaient pas encore à s’interroger sur des questions métaphysiques concernant directement la vie, la mort ou les rapports du physique et du moral. En tant que connaissance de l’homme physique et de son mécanisme physiologique, la médecine de l’époque ambitionnait effectivement d’offrir une base aux réflexions abstraites de la philosophie. À ce propos, il est significatif que quelques-uns des livres médicaux lus par Flaubert contiennent les mots « philosophie » ou « philosophique » dans leurs titres. C’est là, en tout cas, que se rencontraient la littérature et la médecine, deux disciplines qui paraissent aujourd’hui irrévocablement séparés l’une de l’autre. Les écrivains du XIXe siècle étaient bien sensibles à la portée plus générale de la médecine et à la part d’imaginaire inhérente au savoir médical, dont ils faisaient une source précieuse d’inspiration.

 

Bibliographie : É. Le Calvez, « Mise en texte de l’opération », Madame Bovary et les savoirs, Presses Sorbonne nouvelle, 2009, p. 35-44. – L. Czyba, « Médecine et médecins dans Madame Bovary », Littérature et médecine, Presses universitaires franc-comtoises, 1999, p. 127-149. – R. Descharmes et R. Dumesnil, « Les connaissances médicales de Flaubert », Autour de Flaubert [1912], Slatkine Reprints, 2002, p. 99-145. – Y. Leclerc, « Flaubert lecteur du Dr Savigny, pour Salammbô », Les réécritures littéraires des discours scientifiques, Michel Houdiard, 2005, p. 225-239. – J. Léonard, La France médicale, médecins et malades au XIXe siècle, Gallimard/Julliard, « Archives », 1978. – D. Siler, « La mort d’Emma Bovary : sources médicales », Revue d’Histoire littéraire de la France, 1981, n° 4-5, p. 719-746. – J.-L. Cabanès, Le Corps et la Maladie dans les récits réalistes, Klincksieck, 1991. – N. Sugaya, Flaubert épistémologue, Amsterdam/New York, Rodopi, 2010 ; « La densité des mots dans Bouvard et Pécuchet », Flaubert. Revue critique et génétique [en ligne], n° 7, 2012

Norioki Sugaya
Université Rikkyo (Tokyo)

Voir

Pour définir son esthétique, Flaubert se plaît à citer dans sa correspondance un axiome de Buffon : « « Bien écrire c’est à la fois bien sentir, bien penser et bien dire » (Buffon). Le dernier terme est donc dépendant des deux autres, puisqu’il faut sentir fortement, afin de penser, et penser pour exprimer. » (Corr., V, 26) Ce découpage analytique fait intervenir la question du visuel à chacune des trois phases de l’écriture. Sensualisme, idéalisme et formalisme : ces trois composantes de l’art d’écrire sont intimement reliées entre elles par un souci de bien voir (avec l’œil du corps et avec celui de l’esprit) et de bien faire voir, c’est-à-dire de communiquer une vision au lecteur par l’intermédiaire du langage. Ces trois étapes se détachent sur le fond d’un seul et même processus : le style comme « manière absolue de voir les choses » (Corr., II, 31), qui ne saurait admettre aucune coupure entre le fond et la forme.

« Bien sentir » suppose tout d’abord une certaine intensité et une certaine compétence du regard porté sur le monde. De nombreuses déclarations de Flaubert l’indiquent : l’artiste est celui qui sait voir le monde. Il a le don de l’observation, ce qu’il appelle « coup d’œil médical de la vie » (Corr., II, 78) regard capable de trancher dans le vif des faux-semblants pour atteindre au cœur de l’être dans sa vérité. L’écrivain possède donc un regard chirurgical – regard de l’homme d’expérience et de l’homme de l’art. Mais le génie est également celui qui pratique une discipline du regard, en s’astreignant à la contemplation : ainsi Maupassant rapporte-t-il ce conseil que lui donnait son maître : « Pour décrire un feu qui flambe et un arbre dans une plaine, demeurons en face de ce feu et de cet arbre jusqu’à ce qu’ils ne ressemblent plus, pour nous, à aucun autre arbre et à aucun autre feu. » (Maupassant, 149) « Regarder longtemps » (Corr., I, 252), voilà l’une des clés du rapport que l’écrivain entretient au monde sensible – cette durée du regard permettant une interpénétration de l’objectif et du subjectif : « À force quelquefois de regarder un caillou, un animal, un tableau, je me suis senti y entrer. » (Corr., II, 335) La question est en effet souvent celle de la bonne distance entre le sujet et l’objet regardé : ainsi Flaubert prétend-il tour à tour qu’il faut se placer « d’un bond au-dessus de l’humanité tout entière et n’avoir avec elle […] qu’un rapport d’œil » (Corr., II, 313) et qu’il sait « voir comme voient les myopes, jusque dans les pores des choses » (Corr., II, 29). Il est vrai que l’objet regardé n’est pas de même nature dans les deux cas : l’éloignement vis-à-vis de l’humain est peut-être la condition d’une saisie plus fine de la Nature et du monde des choses. Le regard de l’artiste tend en tous les cas vers une forme d’extase hébétée, qui se rapprocherait peut-être du regard des mystiques et des simples : ainsi l’œil de Flaubert plonge-t-il au cœur de l’expérience orientale au fur et à mesure qu’il devient lui-même « de plus en plus inepte et inapte à comprendre ce qu’on [lui] explique » (Corr., I, 678). Le génie est celui dont l’œil est « tir[é] hors de la tête » par le spectacle du monde sensible et qui se perd ainsi lui-même en tant que sujet dans la vision de l’objet, dans le courant d’une sympathie universelle qui le relie au monde : « Le génie, après tout, n’est peut-être qu’[…] une plus complète et intense pénétration de l’objectif à travers notre âme. » (Corr., II, 444) Cette image de la pénétration de l’objet dans le sujet est emblématique d’une certaine conception de la vision chez Flaubert très éloignée de la philosophie de la représentation, qui place l’âme humaine dans un pur face à face avec le monde sensible. Selon Flaubert, ce qui est dans l’âme du créateur n’est pas une image, une représentation du monde sensible, mais le monde lui-même dans sa présence, « qui lui entr[e] par les yeux dans la cervelle » (Corr., II, 444). L’œil de l’artiste est un œil béant, grand ouvert, qui se laisse envahir par les choses qui se donnent à lui.

Mais son art n’en demeure pas moins une cosa mentale, supposant de « bien penser », ou en d’autres termes de bien « se faire sentir » ce qu’il cherche à montrer à son lecteur : « Cette faculté n’est autre que le génie. Voir. – Avoir le modèle devant soi, qui pose. » (Corr., II, 128) ; « Le génie n’est pas autre chose ma vieille : avoir la faculté de travailler d’après un modèle imaginaire qui pose devant nous. Quand on le voit bien, on le rend. » (Corr., II, 145) La vision ainsi définie est bien une vue de l’esprit, une production de l’imagination, mais celle-ci possède suffisamment d’intensité pour induire des sensations. Le refus flaubertien du dualisme métaphysique le conduit dès lors à ne pas séparer l’œil de l’âme de celui du corps. Il y va ainsi d’une véritable recréation d’un monde par la force de l’imagination artistique. Passant outre le cliché très répandu d’un Flaubert grossièrement réaliste, Baudelaire et Gautier ont souligné cette puissance visionnaire de l’écriture flaubertienne : « Il voit (nous soulignons exprès le mot pour lui donner toute sa signifiance spirituelle) les choses qui ne sont plus dans le domaine de l’œil humain avec une lucidité toute contemporaine. » écrit Gautier au sujet de Salammbô (Gautier, 262). Dès lors le cœur de l’activité créatrice de l’écrivain est placé non du côté de la mimésis mais plutôt du côté d’une poétique de la phantasia. Mais c’est précisément la capacité à bien imaginer qui est la condition d’un accès au réel : « Carthage ne va pas trop mal, bien que lentement. Mais au moins je vois, maintenant. Il me semble que je vais atteindre à la réalité. » (Corr., III, 55) Le songe méthodiquement construit, par un travail d’érudition notamment, prend dès lors une valeur aléthique : « Tout ce qu’on invente est vrai » (Corr., II, 392), parce que l’imagination créatrice, dans la perspective romantique qui est celle de Flaubert, ne cherche pas à imiter la nature naturée, mais participe de la puissance génétique de la nature naturante (D. Philippot, 271). Dans son échange avec Sainte-Beuve Flaubert soutient ainsi la réalité du rêve oriental qu’il a créé à travers Salammbô. « Fixer un mirage » (Corr., III, 276) revient alors à conférer à la vision intérieure la même densité et le même degré de présence que la réalité extérieure. Cette conception visionnaire de l’art est aussi défendue par Flaubert dans sa correspondance avec Taine sur le sujet des hallucinations en 1866 : « l’image [intérieure] est pour moi aussi vraie que la réalité objective des choses » (Corr., III, 562). Flaubert devance ainsi « dans sa conception propre de l’imagination créatrice, certaines thèses de Taine, paradoxales et fécondes, dans la mesure où elles rendent indiscernable la frontière entre le réel et l’image », entre la sensation et l’imagination (D. Philippot, 291). Didier Philippot propose ainsi de lire le conte Hérodias, à partir du récit de la vision princeps de l’écrivain, comme une sorte de Promontoire du songe flaubertien, affirmant l’unité fondamentale de l’imaginaire et du réel : « Hérodias se présente et je vois (nettement, comme je vois la Seine) la surface de la mer Morte scintiller au soleil. Hérode et sa femme sont sur un balcon où l’on découvre les tuiles dorées du Temple. » (Corr., V, 100)

Si l’artiste doit donc se faire voyant, c’est essentiellement dans le but de donner à voir quelque chose au lecteur, selon une poétique de l’evidentia ou de l’enargeia. L’adage Ut pictura poesis pourrait donc en un sens être revendiqué par Flaubert, qui conçoit la littérature comme un art profondément visuel. Un exemple parmi tant d’autres : au moment de rédiger la « baisade » de Salammbô, Flaubert désire écrire une scène « comme on en a jamais vu, mais cependant qu’on la voie » (Corr., III, 122). L’une des tendances de son art consiste, selon ses dires, à « vous faire sentir presque matériellement les choses qu’il reproduit » (Corr., II, 30). Cependant Flaubert fait peu de références à des œuvres picturales concrètes et ne pratique pas la critique d’art contrairement à nombre de ses contemporains (Baudelaire, Huysmans, Zola…) Flaubert ne place jamais la littérature dans une posture ancillaire par rapport à la peinture, mais il faudrait plutôt dire qu’« il y a une visualité flaubertienne, par rapport à laquelle la peinture n’est qu’un analogon artefactuel. » (Vouilloux, « L’image gravée sur le réel », 180) Cette visualité se manifeste dans une esthétique de l’hypotypose, qui cherche à « faire tableau », dans un équilibre entre détaillisme et le panoptisme (Vouilloux, « Les tableaux de Flaubert », 268). La critique contemporaine a d’ailleurs souvent mis en cause chez Flaubert « le côté descriptif exorbitant », qui fait que « chaque objet v[ient] saillir au premier plan et tirer le regard » (Sainte-Beuve). Mais cette « tendance picturalisante » de l’écriture flaubertienne (B. Vouilloux, 265) s’allie à ce qu’on pourrait appeler une iconophobie, lorsqu’il est question d’illustrer ses textes : « Ce n’était guère la peine d’employer tant d’art à laisser tout dans le vague, pour qu’un pignouf vienne démolir mon rêve avec sa précision inepte. » (Corr., III, 226) Si le travail de l’imagination littéraire consiste à donner forme à un rêve, le style s’efforce de conserver la part de flou qui laisse encore au lecteur de quoi rêver et imaginer : « Il y a bien des détails que je n’écris pas. » (Corr., III, 562) Ainsi l’écriture flaubertienne s’efforce-t-elle d’activer dans le langage la puissance de « l’image imageante », qui dépasse de loin les pouvoirs de « l’image imagée » (P.-M de Biasi, 29).

 

Bibliographie : J. Azoulai, « « L’œil hors de la tête » : savoir voir chez Flaubert », Arts et Savoirs [en ligne], n° 8, Savoir voir, J. Azoulai (dir.), 2017. – P.-M. de Biasi, « Flaubert : une théorie de l’image », Voir, croire, savoir. Les épistémologies de la création chez Gustave Flaubert, P.-M. de Biasi, A. Herschberg Pierrot, B. Vinken (dir.), De Gruyter, 2015, p. 3-29.  –Th. Gautier, « Salammbô, par Gustave Flaubert [extraits] », Gustave Flaubert,  D. Philippot (éd.), PUPS, coll. « Mémoire de la critique », 2006, p. 253-263. – G. de Maupassant, « Le roman » [1888], Pour Gustave Flaubert, préface de M. Nadeau, Bruxelles, Complexe, 1986, p. 129-152. – B. Vouilloux, « L’image gravée sur le réel », Gustave Flaubert 7, Flaubert et la peinture, Lettres modernes Minard, 2010, p. 175-212 ; « Les tableaux de Flaubert », Poétique, n°135, 2003, p. 259-285. – D. Philippot, « Hérodias ou le promontoire du songe », Gustave Flaubert 8, Salammbô dans les arts, G. Séginger (dir.), Lettres modernes Minard/Garnier, 2016, p. 271-311. – C.-A. Sainte-Beuve, « Salammbô, par M. Gustave Flaubert » [1862], Gustave Flaubert, D. Philippot (éd.), Presses Universitaires Paris-Sorbonne, coll. « Mémoire de la critique », 2006, p. 197-231.

J. Azoulai
LISAA – Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Journée des dictionnaires

Les dictionnaires et les femmes

Colloque international (gratuit et sans réservation)
Université Paris-Seine, Fondation Alliance française et Délégation générale à la langue française et aux langues de France

Organisé par Jean Pruvost, créateur des « Journées des dictionnaires »
Avec la collaboration d’Olivier Bertrand et Christophe Rey
(Laboratoire Lexique Textes Discours Dictionnaires, LT2D, Université Paris-Seine)

Mercredi 21 mars 2018
Théâtre de la Fondation de l’Alliance française, 101 bd Raspail, 75006 Paris
M° Notre-Dame-des-Champs, Saint-Placide

 

OUVERTURE : 9 h 30

M. Michel Doulcet
Président de la Fondation Alliance française
Loïc Depecker
Délégué général à la langue française et aux langues de France

Présidente de séance : Henriette WALTER
Professeur de l’Université de Haute Bretagne, Directrice du laboratoire de Phonologie à l’École pratique des Hautes Études

Jean PRUVOST,
Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire Lexiques Textes Discours Dictionnaires, Chroniqueur à Radio France, Directeur éditorial des Éditions Honoré Champion
Les dictionnaires et les femmes : de la maltraitance à la toute confiance. Hommage à Jean-Claude Boulanger et Michel Legrain

Nicole CHOLEWKA,
Lexicologue, Laboratoire LT2D, Université de Cergy-Pontoise, CNRS
Suivez la femme

Président de séance : Olivier BERTRAND,
Vice-président de l’Université de Cergy-Pontoise.

Michaela HEINZ,
Privat-docente (HDR Université d’Erlangen), Métalexicographe, Organisatrice des Journées allemandes des dictionnaires
Les femmes traduites !

Axel MAUGEY,
Professeur des universités, Prix La Renaissance française 2017, Grand Prix de l’Académie française
Les femmes d’esprit au coeur de la civilisation française.

Yves CUNOW, Verbicruciste, Président de l’Association À la croisée des mots,
David est Goliath. La femme en croisade.


14 h 45 – 18 h 30

Présidente de séance : Carine GIRAC
Directrice du Département Dictionnaires et encyclopédies, Éditions Larousse

Patricia MAIRE
Lexicographe des Éditions Larousse
Femmes et dictionnaires : L’évolution de la place des femmes dans les dictionnaires Larousse depuis 25 ans.

Bernard FRIPIAT
Écrivain, historien de l’orthographe et chroniqueur radiophonique
et Wendy BOUCHARD
Journaliste et animatrice à la tête de la matinale d’Europe 1 le week-end (6h-9h) et d’émissions culturelles sur France 3 et citoyennes sur Public sénat,
Au service des dictionnaires, l’image de la femme chez les grammairiens du XVIIe siècle.

Jeanne BORDEAU
Fondatrice et Présidente de l’Institut de la qualité de l’expression, Bureau de style en langage
Mots et femmes dans les médias.

Présidente de séance : Guillemette MOUREN-VERRET
Directrice de Défense de la langue française.

Gisèle SÉGINGER
Université Paris-Est Marne-la-Vallée et Institut Universitaire de France,  responsable de l’équipe du Dictionnaire Flaubert (Honoré Champion)
Dictionnaire Flaubert : femmes et Femme.

Renaud NATTIEZ
Inspecteur général, Auteur du Dictionnaire Tintin
Les femmes dans Tintin.

Christophe REY
Université de Cergy-Pontoise, Professeur de linguistique, Directeur du laboratoire Lexiques, Textes, Discours, Dictionnaires
et Roland LAFFITTE
Secrétaire de la Société d’Études lexicographiques et étymologiques Françaises et Arabes (SÉLÉFA)
L’univers féminin au prisme des arabismes.

Arkadiy SEDYKH
Docteur ès lettres, directeur du département d’allemand et de français, professeur des universités, Université nationale de recherche de Belgorod,
Femme et dictionnaires en Russie.

CLÔTURE

Frédéric TREFFEL (Professeur associé et chercheur à l’Université de Cergy-Pontoise, LT2D) et Jean PRUVOST


VENTE DES LIVRES assurée par la Maison des dictionnaires (dicoland.com)

CONTACTS
Françoise Laigle
(attachée de presse) : francoise@carouzel.com, 06 13 61 43 12
Jean Pruvost : pruvost.jean0943@orange.fr, 06 30 53 88 32
Liset Diaz Martinez (Laboratoire LT2D) :  liset.diaz@u-cergy.fr, 01 34 25 67 58
Laurence Lalatonne (Fondation Alliance française): llatonne@fondationfr.org

LES JOURNÉES DES DICTIONNAIRES : C’est en 1993 qu’à l’Université de Cergy-Pontoise naissait la Journée des dictionnaires, colloque international rassemblant toutes celles et tous ceux que les dictionnaires d’hier et d’aujourd’hui passionnent. Cette rencontre annuelle, qui regroupe plusieurs centaines de personnes, se déroule toujours au cours de la Semaine de la langue française. Le thème en est chaque année différent et les conférences y sont offertes par des spécialistes de renommée internationale. Ce colloque est gratuit et sans réservation.

PARTENAIRES
Crédit Mutuel Enseignant : Françoise Coconnier.
Délégation générale à la langue française et aux langues de France
Fondation Alliance française (Michel Doulcet)
Journées allemandes des dictionnaires (Michaela Heinz)
Journées italiennes des dictionnaires (Giovanni Dotoli)
Journées québécoises des dictionnaires (Monique Cormier)
Journées marocaines des dictionnaires (Leila Messaoudi)
Institut de la qualité de l’expression (Jeanne Bordeau)
Association des Membres de l’Ordre des Palmes Académiques (Michel Berthet)

SITES
Fondation Alliance française
Académie française
Académie française: Dire et ne pas dire

Langue française et langues de France, Ministère de la Culture
France terme, Ministère de la Culture 
Conseil International de la Langue Française
Association française pour l’enseignement du français
Outils et Ressources pour un traitement optimisé de la langue française
Canal Académie. Les Académies et l’Institut de France sur Internet
Institut de France
L’Institut de la qualité de l’expression
Analyse et traitement informatique de la langue française
À la croisée des mots
Le blog des correcteurs du Monde
À la fortune du mot, blog de La Voix du Nord
L’énergie des mots. Blog de La Charente libre
France Bleu, émission Le nom des lieux
France Bleu, émission Doc-dico
RCF Radio, émission Un mot, un jour
Éditions Honoré Champion

SITES DU LT2D (Laboratoire Lexique Textes Discours Dictionnaires)
Musée virtuel des dictionnaires 
Petit Larousse 1905 informatisé

 

 

Rencontre : le Dictionnaire Flaubert

Rencontre autour du Dictionnaire Flaubert, publié aux Éditions Honoré Champion, en novembre 2017, organisée par Joëlle Robert, pour les Amis de Flaubert et de Maupassant

Vendredi 16 mars 2018 à 19h
Hôtel littéraire Flaubert, 33 rue du Vieux Palais, 76000 Rouen.

Avec Gisèle Séginger, qui a dirigé l’ensemble de la publication, Yvan Leclerc et Norioki Sugaya, membres du comité scientifique, ainsi que Gilles Cléroux, Yannick Marec et Joëlle Robert, auteurs d’articles.

Génétique

La génétique des textes a pour objet le processus d’élaboration d’une œuvre, depuis la première idée jusqu’au dernier état, le plus souvent un texte imprimé, et même au-delà, si l’édition a fait l’objet de corrections ultérieures par l’auteur. La génétique s’intéresse donc aux variations du texte, au work in progress, selon l’expression de Joyce, à l’histoire interne de l’écriture dans la succession de ses différentes étapes. En Flaubert, elle a trouvé l’un de ses écrivains de référence, par la quantité des manuscrits conservés, la représentativité des différentes phases de genèse et par le discours tenu simultanément dans ce journal de l’œuvre qu’est sa correspondance.

Pour que l’enquête génétique soit rendue possible aujourd’hui, il a fallu que Flaubert conserve ses manuscrits. Ce geste « patrimonial » se généralise au XIXe siècle, pour des raisons culturelles (émergence de la notion moderne d’auteur comme sujet de l’écriture ; valorisation du génie et de l’originalité qui sont lisibles dans les traces matérielles de l’esprit). Flaubert ajoute à ces motifs historiques un rapport intime à l’archive : « Jamais je ne jette aucun papier. C’est de ma part une manie » (à L. Colet, 26 avril 1853). Il pousse cette « manie » (folie au sens étymologique), et le fétichisme, jusqu’à l’identification de sa personne au matériau de son travail : l’« homme-plume » se rêve aussi avec un corps équivalent à la masse des feuilles qu’il a noircies : « Pourvu que mes manuscrits durent autant que moi, c’est tout ce que je veux. C’est dommage qu’il me faudrait un trop grand tombeau ; je les ferais enterrer avec moi, comme un sauvage fait de son cheval. – Ce sont ces pauvres pages-là, en effet, qui m’ont aidé à traverser la longue plaine » (à L. Colet, 3 avril 1852). Mais au-delà de ces motivations subjectives, l’archivage privé de toutes les traces écrites obéit à un impératif éthique et esthétique : conserver les preuves du travail artisanal du style, contre le tout-venant de la « littérature industrielle » (Sainte-Beuve) : « Quand mon roman [Madame Bovary] sera fini, dans un an, je t’apporterai mon ms. [manuscrit] complet, par curiosité. Tu verras par quelle mécanique compliquée j’arrive à faire une phrase » (àL. Colet, 15 avril 1852). Les manuscrits valent donc comme pièces justificatives de la lenteur d’exécution et témoins d’une conception neuve du style qui doit se conquérir mot à mot. Le terme de « mécanique » peut étonner chez cet « anti-moderne », mais il est révélateur d’une poétique qui oppose à l’inspiration romantique la valeur-travail sur la langue.

Conservés par l’écrivain, les manuscrits des grandes œuvres ont été pour l’essentiel donnés en 1914 à des institutions publiques par son héritière, sa nièce Caroline Commanville puis Franklin-Grout, : la répartition s’est faite sur un critère de géographie romanesque, les deux œuvres qui se passent en Normandie, Madame Bovary et Bouvard et Pécuchet, revenant à la Bibliothèque municipale de Rouen, Salammbô et Trois contes à la Bibliothèque nationale, rejoints par La Tentation de saint Antoine en 1932 (legs) et par une partie de dossier de L’Éducation sentimentale (achat en 1975, l’autre partie se trouvant à la BHVP). La quasi-totalité de ces manuscrits est désormais numérisée et accessible en ligne sur Gallica et sur les sites de recherche nommés plus loin. Ne restent en mains privées que trois manuscrits de jeunesse : Les Mémoires d’un fou, Novembre et Par les champs et par les grèves.

Les généticiens disposent donc d’une masse considérable de matériau primaire, avec une différence très nette entre les œuvres de jeunesse et les suivantes. G. Séginger a étudié l’histoire de ces transformations en marquant une rupture entre l’inspiration des premiers écrits et les dispositifs génétiques complexes qui suivent. Jusqu’à sa vingtième année, le « poète » exalté écrit au fil de la plume un état de texte qui se veut définitif au premier jet. « Texte très peu raturé, sans scénarios, ni brouillons, le manuscrit de jeunesse n’enregistre pas une écriture mais un état d’âme » (Séginger, Genesis, 84). Il arrive même à l’auteur d’enregistrer à la fin du texte ses performances : « Le premier chapitre, je l’ai fait en un jour ; […] en une semaine, j’en ai fait cinq autres, et en deux jours je l’ai achevé » (Un parfum à sentir, OC, I, 112). Un tel entrain ne résistera pas aux exigences du style, et les délais ne se compteront plus en jours ou en semaines, mais en mois et en années : cinq années en moyenne pour les œuvres de la maturité. Selon le témoignage de l’auteur, les difficultés ont commencé avec le récit du voyage en Bretagne, Par les champs et par les grèves (1847) : « C’est la première chose que j’ai écrite péniblement (je ne sais où cette difficulté de trouver le mot s’arrêtera ; je ne suis pas inspiré, tant s’en faut) » (à L. Colet, 3 avril 1852). Car le mot à trouver doit répondre à de multiples exigences parfois contradictoires : il doit être à la fois « juste » et « musical » (Corr., V, 30) (d’où l’épreuve du « gueuloir ») ; la phrase prosaïque doit égaler la consistance du vers ; et le texte tout entier obéit à des calculs énonciatifs multiples. Dès La Tentation de saint Antoine de 1849, l’intégration de la documentation érudite introduit dans le texte une densité intertextuelle telle qu’il ne peut s’élaborer qu’au prix de lentes réécritures. Les contraintes stylistiques et l’incorporation de matériaux hétérogènes aboutissent à des dossiers manuscrits qui comportent en moyenne dix fois plus de pages que le texte imprimé : Madame Bovary 2.798 feuillets souvent écrits recto et verso, Salammbô 1.934, L’Éducation sentimentale 3.834, La Tentation de saint Antoine 2.210 pour les trois versions, Trois contes 759 et Bouvard et Pécuchet 1.575 (plus 2.400 pour les Dossiers réunis en vue du second volume).

Ces corpus manuscrits comportent différentes strates qu’on peut distinguer, même si elles interfèrent souvent dans la pratique. Flaubert est globalement un écrivain « à programme », selon les catégories définies par Louis Hay, c’est-à-dire qu’il planifie la composition en suivant des étapes successives à peu près constantes d’un dossier à l’autre. Il passe d’abord plusieurs mois à mettre au point des plans et des scénarios, caractérisés par une disposition tabulaire et en blocs de la page et par une syntaxe elliptique. Il utilise indifféremment ces deux termes, plan ou scénario, le second emprunté au vocabulaire théâtral. Le plan dispose, souvent verticalement, ce que le scénario invente en personnages, descriptions, noyaux d’actions. Cette activité scénarique se développe et se précise jusqu’à couvrir la totalité du roman. Parallèlement à cette phase préliminaire, Flaubert engage des lectures larges, au service d’une documentation générale relative au sujet (au « milieu », dit Flaubert, dans lequel il vit pendant la durée d’immersion dans la singularité d’une œuvre), en prenant des notes dans des carnets ou dans des dossiers séparés. C’est seulement lorsque tous les éléments du roman sont en place que Flaubert se « met aux phrases », comme il dit : le récit ne présentant plus de surprise, la seule aventure réside alors dans le style. Pendant cette phase rédactionnelle, l’invention scénarique des micro-unités se poursuit, ainsi que les lectures ponctuelles pour des besoins documentaires plus ciblés. La masse textuelle prolifère avant de subir de nombreuses coupes, à mesure que se multiplient les réécritures. De ces brouillons raturés se dégage un manuscrit autographe mis au net, que Flaubert donne à des copistes ; le manuscrit définitif qu’il en reçoit fait à son tour l’objet de nombreuses interventions autographes. À peu d’exceptions près, les épreuves corrigées par lui n’ont pas été conservées. Témoins précieux de cette écriture à programme : les notes de régie (affichables en série dans les éditions numériques des manuscrits de Madame Bovary et de Bouvard et Pécuchet), ces consignes prospectives que l’auteur se donne à lui-même, et qui tracent les contours d’une véritable poétique romanesque.

L’intérêt critique suscité par les manuscrits de Flaubert s’est éveillé très tôt : au début du XXsiècle, avec les outils critiques de son temps, A. Albalat analyse Le Travail du style enseigné par les corrections manuscrites des grands écrivains (Colin, 1903). Quatre femmes ont un rôle de pionnières dans le domaine de l’édition et de la critique génétique : Gabrielle Leleu, bibliothécaire à Rouen, publie les Ébauches et fragments inédits de Madame Bovary, en deux volumes chez Louis Conard en 1936, puis, avec Jean Pommier, une « nouvelle version » du même roman, c’est-à-dire un artefact truffé de passages non retenus, et précédé par la transcription des scénarios ; M.-J. Durry est la première à explorer les carnets pour en tirer un Flaubert et ses projets inédits (Nizet, 1950) ; dans la décennie qui suit, Cl. Gothot-Mersch soutient sa thèse fondatrice sur La Genèse de Madame Bovary (Corti, 1966). À partir des années 1970 se développent les éditions de documents de genèse et les études de critique génétique, sous l’impulsion de R. Debray Genette. P.-M. de Biasi donne une édition intégrale des Carnets de travail (Balland, 1988). Le support papier permet d’accueillir des publications partielles de dossiers génétiques, soit le chapitre d’un roman (les Comices agricoles par J. Goldin, Droz, 1984 ; le chapitre de l’opéra par M. MacNamara, Rodopi, 2003), soit les plans et scénarios, qui se prêtent bien à ce type de publication, par le nombre limité de pages et par la cohérence du dossier. Ont paru ainsi, par ordre chronologique des œuvres de Flaubert, les plans et scénarios de Madame Bovary (éd. Y. Leclerc, CNRS Éditions/Zulma, 1995), de Salammbô (A. Ogane, Droz, 2016), de L’Éducation sentimentale (T. Williams, Corti, 1992), de La Tentation de saint Antoine (G. Séginger, PURH, 2014) et de Bouvard et Pécuchet (A. Cento, Nizet, 1964). Parce qu’il est le moins volumineux, le dossier complet de Trois contes a pu faire l’objet d’une publication intégrale sur papier (G. Bonnacorso et son équipe, Corpus flaubertianum, 3 vol., 1983-1998). De grandes thèses de classement, de transcriptions et/ou d’interprétation de la genèse accompagnent ces éditions : M. Durel sur Madame Bovary (2000), G. Mondon sur Salammbô (2001), K. Matsuzawa et É. Le Calvez sur L’Éducation sentimentale (1988 et 1990), G. Séginger sur La Tentation (1991), P.-M. de Biasi sur La Légende de saint Julien d’Hospitalier (1982). Bouvard et Pécuchet, en raison de la richesse de son matériau, a donné lieu à presque autant de thèses spécifiques qu’il y a de chapitres encyclopédiques : citons N. Sugaya sur la médecine (1999), S. Dord-Crouslé sur la littérature (1998), M. Wada sur l’éducation (1995). Mais la publication papier doit céder la place au numérique dès l’instant où il s’agit de présenter un corpus complet à quatre chiffres, d’autant qu’une suite linéaire ne convient plus pour une navigation hypertexte dans un ensemble discontinu : à ce jour ont été mis en ligne les dossiers manuscrits de Madame Bovary (2009, éd. Y. Leclerc et D. Girard, http://flaubert.univ-rouen.fr), de Bouvard et Pécuchet, premier volume (2013, id.) et des Dossiers de Bouvard et Pécuchet (éd. S. Dord-Crouslé, http://www.dossiers-flaubert.fr).

Bibliographie : Flaubert à l’œuvre, Flammarion, 1980. ‒ C. Duchet, A. Herschberg-Pierrot, J. Neefs, « Sociocritique et génétique. Entretien », Enjeux critiques, revue Genesis, Michel Place, 1994, p. 117-127. – R. Debray-Genette, Métamorphoses du récit, Seuil, 1988. ‒ P.-M. de Biasi, La Génétique des textes, Nathan, 2000. – É. Le Calvez, Flaubert topographe : L’Éducation sentimentale. Essai de poétique génétique, Amsterdam, Rodopi, 1997. ‒ A. Herschberg-Pierrot, « Où en est la génétique flaubertienne ? », Romantisme, 2008, n° 139, p. 91-112. – Y. Leclerc, « Flaubert contemporain : bilan et perspectives », Romantisme, 2007, n° 135, p. 75-86. – G. Séginger, « Chorégraphies scripturales de Flaubert. De l’inspiration à l’aspiration », Genesis, n° 11, 1997. ‒ Fiction et documentation. Les manuscrits Flaubert de la Fondation Martin Bodmer, éd. G. Séginger, Bâle, Schwabe, 2010.

Yvan Leclerc
Université de Rouen

La bibliothèque médicale des Flaubert

Rencontre organisée par les Amis du Musée Flaubert et d’histoire de la médecine
Samedi 17 mars 2018, 14h-17h
51 rue de Lecat, Rouen

Conférence de Norioki Sugaya (professeur à l’Université Rikkyo, Tokyo) : « Bouvard et Pécuchet face à la bibliothèque du “praticien philosophe” ».

Présentation de la bibliothèque par Sophie Demoy, responsable du Musée Flaubert, avec des interventions de Gilles Cléroux (sur les livres anciens), Philippe Hecketsweiler (sur la bibliothèque idéale d’un médecin hospitalier au XIXe siècle) et d’Yvan Leclerc (sur quelques livres de médecine lus par Flaubert).

République (la)

Dans les années 1830, sous l’influence de son entourage familial et scolaire, le jeune Gustave se dit libéral, et dans ses lettres de 1835, il tient des propos contre la censure et contre la répression des émeutiers de 1834 (Corr., I, 21 et 22), avec une exaltation de républicain. Flaubert est alors l’élève d’Adolphe Chéruel, un disciple de Michelet, et il commence à lire le grand historien dans ces années. Il restera lié à son professeur bien au-delà de sa sortie du collège. Toutefois, à partir de ses études de droit à Paris, son entourage change. Il fréquente l’atelier de James Pradier, un sculpteur qui reçoit des commandes officielles de la Monarchie de Juillet. Il se lie avec Maxime du Camp vers 1842, puis avec Louis Bouilhet à partir de 1846, qui ne sont ni l’un ni l’autre des républicains. Maxime Du Camp présentera à Flaubert son ami Louis de Cormenin, le fils d’un homme politique conservateur, hostile à la Monarchie de Juillet. Les trois amis accompagnés de Bouilhet assisteront ensemble à la proclamation de la Seconde République, qui ne suscite pas leur enthousiasme. On sait par ailleurs, grâce à Maxime Du Camp, que Flaubert ainsi que lui-même se sont abstenus de voter au moment de l’élection présidentielle de décembre 1848.

À 27 ans, Flaubert est devenu tout à fait sceptique en politique et antirépublicain, avec de surcroît le sentiment que c’est toute la société française qui tourne mal. En mars, de retour à Croisset, il écrit à Louise Colet : « Vous me demandez mon avis sur tout ce qui vient de s’accomplir. Eh bien ! tout cela est fort drôle. Il y a des mines de déconfits bien réjouissantes à voir. Je me délecte profondément dans la contemplation de toutes les ambitions aplaties. Je ne sais si la forme nouvelle du gouvernement et l’état social qui en résultera sera favorable à l’Art. C’est une question. On ne pourra pas être plus bourgeois ni plus nul. Quant à plus bête, est-ce possible ? » (mars 1848, Corr., I, 492). Son refus des idéologies s’affirme en 1849 : « Républicains, réactionnaires, rouges, bleus, tricolores, tout cela concourt d’ineptie. Il y a de quoi faire vomir les honnêtes gens, comme disait le Garçon. Les patriotes ont peut-être raison : la France est abaissée. Quant à l’esprit, c’est certain. La politique achève d’en tirer la dernière goutte. » (6 mai 1849, Corr., I, 507). Dès lors, il dénigre souvent la politique, les rêves républicains mais aussi les excès de la Réaction. Avec des poses « d’aristocrate enragé » (Corr., II, 335), il lui arrive même de dire son mépris et sa haine pour l’ensemble de ses concitoyens, tant il a été indigné par la folie générale. S’il défend inconditionnellement les droits de l’individu – acquis majeur à ses yeux de la révolution de 1789 à laquelle, selon lui, les socialistes vouent une haine (Corr., III, 402) –, par contre la forme de gouvernement lui importe peu, bien qu’il estime – du moins jusqu’à la fin des années 1860 – que la république est probablement celle qui convient le moins pour garantir la paix et la liberté des individus. Reposant sur l’assentiment d’une majorité, elle ne peut-être que fragile et susceptible de contestations, comme l’ont montré les événements de mai et juin 1848. De ses jeunes années, Flaubert ne garde plus que son hostilité à l’égard des bourgeois, de leur bêtise et de leur utilitarisme.

La fin de la Seconde République ne l’émeut donc guère. Après le Coup d’État du 2 décembre 1851, à peine évoque-t-il en passant dans une lettre à son amie anglaise, Henriette Collier, la « triste époque » et « l’état de rage contenue » (8 décembre 1851). Mais l’ambiguïté de cette réflexion est bien vite dissipée lorsque, quelques mois plus tard, il s’enthousiasme pour l’action de Louis-Napoléon Bonaparte « qui ravale sous la semelle de ses bottes cette noble France » (Corr., II, 100). C’est qu’il se sent – dit-il – ramené « au mépris de la masse, et à la haine du populaire » (Corr., II, 559), et il répète volontiers son hostilité au suffrage universel (Corr., II, 169 ; IV, 487) : « le droit du nombre, le respect de la foule a succédé à l’autorité du nom, au droit divin, à la suprématie de l’esprit. » (Corr., II, 90) À ce nouveau dogme, il oppose le droit de l’exception et de l’individu, peu compatible avec la forme républicaine, dont il redoute toujours les excès démocratiques. Un véritable libéral ne peut pas bien vivre en république. Malgré son admiration pour Michelet, et son amitié pour George Sand, il ne partage donc pas leur idéologie républicaine : « Le Peuple est un éternel mineur » (30 avril 1871, Corr., IV, 314), dit-il en 1871, et il estime valoir à lui seul « 20 électeurs de Croisset » (Corr., IV, 394). Le libéralisme de Flaubert a tourné à l’élitisme.

Dans ses lettres à George Sand de la période où il rédige L’Éducation sentimentale (1863-1869), Flaubert réfléchit a posteriori sur la Seconde République. Il argumente pour défendre sa position, car George Sand, avait mis quant à elle tous ses espoirs dans la République, avant d’être déçue, comme beaucoup de ses contemporains, par l’insurrection de juin 1848, qui avait déclenché une répression puis la formation et le triomphe du parti de l’Ordre. Présente à Paris et engagée en février, elle avait regagné Nohant et pris ses distances dès mai 1848, tout en gardant une part de sa sympathie pour ses anciens amis socialistes. Dans les années 1860, et encore plus dans les années 1870-1871, Flaubert voudrait la guérir de son sentimentalisme politique. Il retourne contre l’idéologie républicaine des propos de Michelet, que l’historien n’appliquait pour sa part qu’à la Terreur, sous la Première République, dans son Histoire de la révolution française (1847-1853). Flaubert se dit frappé par la mystique révolutionnaire des républicains du XIXe siècle qui se réfèrent volontiers à 1789 : il y voit un retour du refoulé chrétien sous la forme du dogmatisme jacobin et de sa mystique du Salut public (Corr., III, 771, IV, 13). L’idéologie républicaine, c’est tout à la fois le Moyen Âge (par son côté religieux), le sentimentalisme et l’idéalisme romantique.

Le grand responsable, disait déjà Flaubert en 1853, c’est Lamartine, qui lui semble faire la synthèse du religieux, du sentimental, – et de la féminisation des esprits, à laquelle Flaubert attribue bien des travers de son époque : Lamartine est « un homme d’État sans initiative », un « esprit eunuque » : « C’est à lui que nous devons tous les embêtements bleuâtres du lyrisme poitrinaire, et lui que nous devons remercier de l’Empire […] » (Corr., II, 299). Il faut aussi se guérir, dit-il, des « chloroses gothiques » de Rousseau (Corr., II, 309), autre responsable, selon Flaubert, de la mystique républicaine du XIXe siècle, et il oppose à l’auteur du Contrat social l’autre voie qu’il aurait fallu suivre, celle de Voltaire et de la raison : contre l’idée du consensus républicain, du contrat et des majorités, ne serait-il pas un défenseur tardif du despotisme éclairé, se demande Jean-Louis Douchin (410) ? Quoi qu’il en soit, on remarque que Flaubert décline pendant plusieurs années l’opposition entre Voltaire et Rousseau, en faisant même de ce dernier un ennemi de la Justice. La République contre le Droit ?

En 1867, il s’inspire à nouveau du rapprochement que Michelet établit entre la Grâce catholique et la tyrannie jacobine, pour expliquer à Amélie Bosquet ses réticences à propos du Roman des ouvrières  qu’elle vient de publier : « Je crois […] que, si nous sommes tellement bas moralement et politiquement, c’est qu’au lieu de suivre la grande route de M. de Voltaire, c’est-à-dire celle de la Justice et du Droit, on a pris les sentiers de Rousseau, qui, par le Sentiment, nous ont ramenés au Catholicisme. Si on avait eu souci de l’Équité et non de la Fraternité, nous serions Haut ! » (2 janvier 1868, Corr., III, 720) Dans cette période, ce sont aussi ces réflexions qui orientent le projet de L’Éducation sentimentale, et Flaubert note dans le Carnet 9 : « Montrer que le Sentimentalisme (son développement depuis 1830) suit la Politique et en reproduit les phases » (f° 38 v°). Dans le roman, Dussardier exalte la république comme un idéal moral et quasiment religieux : « La République est proclamée ! on sera heureux maintenant ! » (ES, 395) Significativement, ce sentiment républicain gagne la courtisane Rosanette, qui se déclare pour la République « comme l’avait déjà fait l’archevêque de Paris », comme le fait aussi M. Dambreuse, poussé quant à lui par un autre sentiment : la peur. Quant à Pellerin, il veut représenter cet élan et peindre une figure allégorique de la République: il réalise un tableau ridicule qui représente le Christ sur une locomotive, image grotesque de l’idéal républicain de progrès. La Réaction de juin est la seconde phase de l’histoire du sentiment sous la Seconde République. Elle se fonde sur les peurs, la haine, l’amour des idéaux bourgeois : « la Propriété monta dans les respects au niveau de la Religion et se confondit avec Dieu » (ES, 401). Le sentimentalisme et le fanatisme sont des deux bords. C’est pourquoi Flaubert renvoie dos à dos les deux camps dans son roman. Il est d’ailleurs persuadé qu’il faut se défaire des partis pris politiques, des sentiments, pour dépasser la politique par la science. Son anti-républicanisme est donc bien le signe d’une critique plus générale du fonctionnement de la société et de l’état des esprits.

Après la défaite de 1870, les violences de la Commune lui font redouter à nouveau les effets d’une république à tendance démocratique, à un moment où les troupes prussiennes menacent Paris. Il hait – dit-il à George Sand – la démocratie parce qu’elle s’appuie sur « la morale de l’évangile » et celle-ci, ajoute-t-il avec les mêmes termes qu’en 1867, est « l’immoralité même, […] c’est-à-dire l’exaltation de la grâce au détriment de la justice, la négation du Droit, l’anti-sociabilité » (Corr., IV, 314). Il analyse les risques de la démocratie en république, et il attaque la mystique révolutionnaire qui resurgit en 1871 et agite le mot « république » comme une arme magique : « Il faut que la Révolution française cesse d’être un dogme et qu’elle rentre dans la Science, comme le reste des choses humaines. Si on eût été plus savant, on n’aurait pas cru qu’une formule mystique est capable de faire des armées et qu’il suffit du mot « République » pour vaincre un million d’hommes bien disciplinés. On aurait laissé Badinguet sur le trône, exprès pour faire la paix, quitte à le mettre au bagne ensuite ! » (à Sand, 31 mars 1871, Corr., IV, 300). Dans le même esprit que Renan, dont il partage l’élitisme, réaffirmé en 1870-1871 dans La réforme intellectuelle et morale, Flaubert rêve alors d’un « gouvernement de Mandarins » qui gérerait les affaires de l’État avec compétence et sans parti pris préconçu (à G. Sand, 30 avril 1871, Corr., IV, 314).

Or, c’est cet esprit qui lui semble triompher lorsque Thiers devient chef du pouvoir exécutif, et dès juillet 1871, il écrit à George Sand : « la République bourgeoise peut s’établir. Son manque d’élévation est peut-être une garantie de solidité. C’est la première fois que nous vivons sous un gouvernement qui n’a pas de principe. L’ère du positivisme en politique va commencer. » (Corr., IV, 352) De même, il n’hésite pas à dire à la cousine de Napoléon III, la Princesse Mathilde, le 6 septembre 1871 : « La République ne se fait pas sentir. Donc gardons-la ! » (Corr., IV, 371). Flaubert accepte la Troisième République dès lors que son conservatisme modéré peut garantir la paix.

La Troisième République connait deux crises graves avant 1880 (la première en 1873 et la seconde en 1876-1877), et à chaque fois Flaubert réaffirme son républicanisme, hostile aux extrêmes, aux intrigues des monarchistes et à l’agitation catholique. Élu président de la République le 31 août 1871, Thiers est en effet mis en minorité par les monarchistes et démissionne le 24 mai 1873. Mac-Mahon, un royaliste et clérical de surcroît, le remplace. Il annonce qu’il veut rétablir « l’ordre moral », et ce président élu a l’idée de préparer un retour de la monarchie ! Le comte de Chambord pourrait devenir roi sous le nom de Henri V. Flaubert se méfie de cette nouvelle croyance en un sauveur ou un messie royaliste, et il dit nettement son hostilité à l’idée d’une seconde Restauration. Il évoque plus largement l’inquiétude que suscite dans bien des milieux la perspective d’une nouvelle aventure royaliste : « J’ai vu, la semaine dernière, beaucoup de monde, énormément de monde. – Et ma conclusion est que : on a peur de la monarchie. En admettant qu’elle passe, ce ne sera qu’à une majorité de 5 à 6 voix. Or, comme d’ici au Jour de l’An il y aura 13 élections radicales, la Chambre renverserait le roi. Ce serait charmant ! De plus, l’armée est républicaine et bonapartiste. Messieurs les militaires se flanqueraient des coups de fusil, etc. Bref, ce serait déplorable ! Mais Henri V (qui jusqu’à présent n’a fait aucune concession, quoi qu’on dise) sera enfoncé et nous aurons dès le lendemain un ministère Centre gauche. […] La légitimité n’est pas plus viable que la Commune. Ce sont deux âneries historiques. » (Corr., IV, 726). Le 9 novembre 1873, Mac-Mahon est confirmé pour sept ans à la Présidence par l’Assemblée, ce qui ne réjouit guère Flaubert, hostile à ce politicien si peu dévoué à la République. Toutefois, les événements des mois précédents le confortent dans l’idée « que la République va se constituer définitivement, par une transition lente » (Corr., IV, 739) De fait, les lois constitutionnelles de la Troisième République sont finalement votées en 1875. Mais, en 1876, les élections législatives donnent une Assemblée à majorité républicaine, et Mac-Mahon ne tarde pas à entrer en conflit avec cette majorité. Le 16 mai 1876, il oblige son premier ministre, le républicain Jules Simon, à démissionner, et pendant plusieurs mois Flaubert évoque sa « fureur » contre Mac-Mahon (Corr., V, 325). Le Maréchal va encore plus loin lorsqu’il tente de modifier la majorité législative et dissout l’Assemblée. Les élections législatives d’octobre 1877 lui sont tout aussi défavorables mais il ne cède pas. Flaubert est consterné : « Eh bien ! « notre sauveur » et les ministres restent en place ! Cet entêtement est sublime, mais il faut s’attendre à tout de la part des imbéciles […] » (Corr., V, 323). Quant aux Bonapartistes, ils se déchirent et se ridiculisent. Le prince Jérôme se présente aux élections comme candidat républicain, et il est battu par le baron Haussmann, dont la candidature est soutenue par l’ex-impératrice ! « Le plus comique, c’est que les Bonapartistes gueulent comme des ânes contre Mac-Mahon », écrit Flaubert à Zola (5 octobre 1877, Corr., IV, 307). Il faudra attendre le 30 janvier 1879, pour que Mac-Mahon se décide enfin à démissionner, après des élections sénatoriales dont sort une majorité de gauche. C’est du nouveau ministère, que les amis de Flaubert qui le voient de plus gêné par ses difficultés financières, obtiennent de Jules Ferry une place de bibliothécaire honoraire à la Bibliothèque Mazarine.

Dans cette période, où la Troisième République fait l’expérience d’une nouvelle forme de légitimité, celle que procurent les urnes, Flaubert écrit une pièce sur les campagnes électorales : Le Candidat. La rédaction débute en juin 1873 et la pièce est représentée le 11 mars 1874 au théâtre du Vaudeville. Mais c’est un échec que Flaubert tente d’expliquer par les attentes trop idéologiques du public : « Les conservateurs ont été fâchés de ce que je n’attaquais pas les républicains. De même, les communards eussent souhaité quelques injures aux légitimistes. » (à G. Sand, 12 mars, Corr., IV, 779).  Et il rapporte cette anecdote qui le réjouit : lors de la première du Candidat, Hippolyte de Villemessant, le directeur du Figaro, aurait recommandé son éreintement journalistique « parce que ce Flaubert est un républicain » (Corr., IV, 783) !

Dans les années 1870, l’image de Flaubert s’est donc transformée. Son entourage a également changé. Bouilhet et Sainte-Beuve sont morts (tous deux en 1869). Il voit toujours Edmond de Goncourt (un irréductible antirépublicain), mais il s’éloigne de plus en plus de Maxime Du Camp, dont le conservatisme réactionnaire l’irrite profondément, et en 1878, il est indigné par la prépublication, dans la Revue des Deux Mondes, d’un chapitre des Convulsions de Paris sur la Commune, qui dénonce un prétendu coupable d’incendie (Corr., V, 430). Très tolérant dans ses amitiés, Flaubert fréquentait d’ailleurs déjà des républicains sous l’Empire (Ernest Feydeau, Edmond Laporte à partir de 1866, Agénor Bardoux, le comte d’Osmoy…). Mais ils deviennent plus nombreux autour de lui à partir des années 1870, les idées républicaines se répandant progressivement dans la société française comme en témoigne le résultat des élections successives. Renan se rapproche de la Troisième République qui le comble d’honneurs, Marcellin Berthelot, un ancien des dîners Magny, s’engage en politique (il sera plusieurs fois ministre dans les années 1880-1890). Flaubert fréquente Zola et ses amis, une génération plus jeune. Il se lie avec Juliette Adam, une républicaine, anticléricale et féministe, qui tient un salon littéraire et politique, et il lui promet même la prépublication de son roman Bouvard et Pécuchet pour sa Nouvelle Revue. Il fréquente aussi le salon de son éditeur Georges Charpentier qui édite les naturalistes et qui est au cœur des réseaux républicains : Flaubert y retrouve Hennique, Céard, Bardoux, et il y rencontre Gambetta. À Rouen, il est également plus proche de personnalités qui arrivent au Conseil municipal à partir des élections de 1874, en remplacement de conseillers conservateurs. Il ne sera jamais républicain comme Dussardier, par amour des pauvres, même s’il se montre parfois sensible à la misère des individus, et il se dit lui-même « très mince républicain » (à L. Brainne, juillet 1878, Corr., IV, 402). Mais il hait par-dessus tout le parti de l’Ordre, et il se réjouit de son « renfoncement » aux élections partielles du 7 juillet 1878 qui portent à la Chambre seize républicains et quatre réactionnaires (ibid.). Flaubert est un libéral conservateur, qui s’en prend indifféremment à droite et à gauche à toute idéologie qui menace l’individu dans sa liberté d’entreprendre, de posséder, de penser et de s’exprimer.

« La politique est abrutissante », écrit Flaubert en 1877 (Corr., V, 307). Pourtant la Correspondance montre qu’il a suivi de près les événements, et qu’il s’est passionné pour l’avenir de la république. Aussi les déboires de Maupassant, poursuivi par le parquet d’Étampes,  en 1880, pour son poème « Une fille », le laissent-ils d’abord perplexe : « Il y a là-dessous quelque chose d’inexplicable. Sont-ils payés pour démonétiser la République en faisant pleuvoir dessus le mépris et le ridicule ? » (Corr., V, 839). À moins que cette autre hypothèse ne soit la bonne : « le pouvoir n’aime pas un autre pouvoir. Les gouvernements ont beau changer, monarchie, empire ou république, peu importe !  L’esthétique officielle ne change pas. » (Corr., V, 840) Malgré son ralliement à l’idée républicaine, il n’abandonne donc pas son scepticisme aristocratique.

Bibliographie : J.-L. Douchin, « Flaubert, écrivain « progressiste » : une idée reçue », Annales de Normandie, 1984, n° 4, p. 397-410. – Y. Marec, « Flaubert et le contexte politique rouennais au début de la IIIe république », Bulletin Flaubert-Maupassant, n° 18, 2006. – D. Oelher, Flaubert et la politique, Revue Flaubert [en ligne], Centre Flaubert de Rouen, n° 5, 2005. – A. Ritchie, « Flaubert, Maupassant et le maréchal Mac-Mahon », Bulletin des Amis de Flaubert, 1986, n° 68. –  G. Séginger, « Flaubert : en haine de la politique », dans A. Vaillant et S. Triaire (dir.), Écritures du Pouvoir et pouvoir de la littérature, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2001, p. 37-51. – M. Winock, Flaubert, Gallimard, 2013.

Gisèle Séginger
LISAA – Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Institut universitaire de France

 

 

Tocqueville [1805-1859]

Bien que Flaubert ne cite jamais explicitement Tocqueville dans ses œuvres, même dans Bouvard et Pécuchet, ses réflexions dans la correspondance des années 1850 présentent des similitudes flagrantes avec la pensée libérale de l’historien de la démocratie. On sait par une lettre adressée le 10 octobre 1862 à Michel Lévy, leur éditeur commun, qu’il a « sous les yeux » L’Ancien régime et la Révolution. Sur un folio de notes pour la rédaction de L’Éducation sentimentale Flaubert mentionne la réception de l’historien à l’Académie française en 1842 (manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen, g 226 vol. 1, folio 161) et le dossier documentaire de Bouvard et Pécuchet contient aussi deux passages sur Tocqueville relevés dans les ouvrages contemporains (g 226 vol. 6, folio 26 et g 226 vol. 7, folio 282). Cette rareté relative des citations rend assez difficile l’étude de l’influence directe de Tocqueville sur Flaubert, malgré une affinité évidente, de même que la datation d’une première lecture, même si certaines expressions employées dans la correspondance des années 1852-1854 permettent de supposer qu’elle remonte à cette période qui est celle de la rédaction de Madame Bovary.
Né dans une famille noble connue, Tocqueville appartient à un monde vaincu par la Révolution et cette situation lui inspire la problématique de sa réflexion : l’avènement de la société démocratique dont il trouve les antécédents dans l’évolution de l’Ancien Régime. Dès sa jeunesse il s’oriente vers l’histoire sociale. Lecteur d’Augustin Thierry, il suit assidûment en 1829-1830 les cours de Guizot sur l’histoire de la civilisation européenne. Il se détourne de l’ultraroyalisme de ses parents et se forme dans le courant libéral des Doctrinaires sans devenir pour autant l’un de leurs épigones. Certes, dès la fin de la Restauration, il s’éloigne des Légitimistes, mais après 1830 il s’oppose aussi aux Doctrinaires dont la pensée se fige peu à peu en un conservatisme sous la monarchie de Juillet. Il se fait une place à part entre ces deux camps, ce qui lui fournit la distance nécessaire pour analyser la société démocratique. En 1831-1832, il quitte la France pour voyager en Amérique, chargé d’une mission officielle pour étudier le système pénitentiaire. En se fondant sur cette expérience, il publie en 1835 le premier volume de son chef-d’œuvre sur les institutions politiques et l’état social du Nouveau Monde, De la Démocratie en Amérique, qui connaît un succès immédiat.
Après le triomphe de son premier livre, Tocqueville est élu député de la Manche en 1839. Il défend cette année même l’abolition de l’esclavage et, en 1840 et 1843-1844, une réforme des prisons. Il mène pourtant des enquêtes sur les affaires d’Algérie avec l’idée que la France pourrait en faire une colonie (1837-1847). Sous la deuxième République, membre de l’Assemblée législative, il devient ministre des Affaires étrangères. Après le coup d’État de Louis Napoléon en 1851, il se retire de la vie publique. Il rédige alors ses Souvenirs de la révolution de Février, et il se lance dans la préparation de L’Ancien Régime et la Révolution, qui paraîtra en 1856. Ce dernier livre analyse le développement de l’égalité grâce à la centralisation sous l’Ancien régime et il s’arrête en 1789.
Flaubert et Tocqueville partagent la même inquiétude devant la démocratie, qui, par la domination de l’opinion publique, s’avère dangereuse pour la liberté individuelle (lettre à G. Sand du 12 juin 1867); De la Démocratie en Amérique, Œuvres complètes, t. I vol. II, 1992, 267-268). Mais leur position est loin d’être réactionnaire sur ce point. Ils estiment qu’il est impossible de nier le nouvel état des choses. Ainsi Tocqueville conclut son introduction de La Démocratie par cette réflexion sur le caractère inéluctable de l’évolution : « Le développement graduel de l’égalité des conditions est donc un fait providentiel, […] » (Œuvres complètes, t. I vol. I, 1992, 4). Après la tentative de Restauration de Mac Mahon, Flaubert s’écrie : « Est-ce qu’on peut prendre tout un peuple à rebrousse-poil ! nier 80 ans de développement démocratique, et revenir aux chartes octroyées ! » (lettre à sa nièce, 4 novembre 1873). Tous deux libéraux, au sens que l’on donnait à ce terme au XIXe siècle, Flaubert et Tocqueville ne cessent de critiquer la politique centralisatrice de l’État. En 1856, Tocqueville remarque que depuis la Révolution la réforme sociale vient toujours d’un pouvoir central : selon lui, les réformateurs « veulent emprunter la main du pouvoir central et l’employer à tout briser et à tout refaire suivant un nouveau plan qu’ils ont conçu eux-mêmes ; […] » (L’Ancien Régime et la Révolution, Œuvres complètes, t. II vol. 1, 1981, 135). Sous une forme presque identique, Flaubert écrit à la même époque : « L’idéal de l’état, selon les socialistes, n’est-il pas une espèce de vaste monstre absorbant en lui toute action individuelle, toute personnalité, toute pensée, et qui dirigera tout, fera tout ? […] « Il faut tout régler, tout refaire, reconstituer sur d’autres bases », etc. » (lettre du 15-16 mai 1852). Cet accord n’a rien d’étonnant car Flaubert et Tocqueville sont tous deux nourris par la même culture libérale. D’autres libéraux contemporains partagent d’ailleurs avec eux la critique du pouvoir central, comme Bastiat, que Flaubert a lu en 1852 (25 janvier 1852).
Mais une ressemblance encore plus profonde entre Tocqueville et Flaubert peut s’observer dans leurs analyses morales de l’homme démocratique, de ses penchants autoritaires, et de la politique centralisatrice. Dans La Démocratie en Amérique, Tocqueville étudie les ressorts psychologiques de l’envie démocratique : « Il y a […] une passion mâle et légitime pour l’égalité qui excite les hommes à vouloir être tous forts et estimés. Cette passion tend à élever les petits au rang des grands ; mais il se rencontre aussi dans le cœur humain un goût dépravé pour l’égalité, qui porte les faibles à vouloir attirer les forts à leur niveau, et qui réduit les hommes à préférer l’égalité dans la servitude à l’inégalité dans la liberté » (De la Démocratie en Amérique, Œuvres complètes, t. I vol. 1, 1992, 52-53). Balzac aussi a été sensible à cet aspect négatif de la passion égalitaire (Balzac, Béatrix, [1839], La Comédie humaine, II, 905-906), que Flaubert appellera plus tard « la manie du rabaissement » (15-16 mai 1852). Cette envie caractérise certains personnages de ses romans. Emma l’éprouve dans Madame Bovary : « Elle valait bien cependant toutes celles qui vivaient heureuses ! Elle avait vu des duchesses à la Vaubyessard qui avaient la taille plus lourde et les façons plus communes, et elle exécrait l’injustice de Dieu » (MB, 208). Dans L’Éducation sentimentale, un sentiment analogue anime le socialiste Sénécal qui éprouve une « haine essentielle de toute distinction » (ES, 226). En effet, ce que le socialiste demande, c’est une sorte d’égalitarisme de caserne (ES, 228), mais lorsqu’il s’agit de lui-même, à la fabrique de faïence, il déplore que M. Arnoux ne paraisse « faire nulle attention à son mérite » (ES, 301). Le désir de l’ascension sociale se tourne en dénigrement de ce qu’on convoite. Ainsi, chez le socialiste, ou chez Pellerin et Deslauriers, la posture démocratique s’allie paradoxalement au désir inassouvi de dominer (ES, 227-232, 282-283, 307-308, 552). Les romans de Flaubert et les analyses de Tocqueville ont donc une cible commune.
L’avènement de l’esprit démocratique a aussi des conséquences esthétiques. Tocqueville aborde ce problème dans le second volume de La Démocratie en Amérique: selon lui, l’égalité détourne de « la peinture de l’idéal » et force le poète à «s’adonne[r] presque exclusivement à concevoir l’utile et à représenter le réel.» (De la Démocratie en Amérique, Œuvres complètes, t. I vol. II, 1992, 77) Avant Tocqueville, Madame de Staël avait déjà examiné la relation entre la littérature et les institutions politiques en posant la question de la « vulgarité » en littérature (De la littérature, 1800). Victor Hugo donne en quelque sorte une réponse à cette question dans la Préface de Cromwell (1827). Selon lui, la poésie romantique doit être la représentation totale du «réel». Le risque propre à cette poésie, dit-il en reprenant l’expression de Royer-Collard (discours du 22 janvier 1822), c’est « l’irruption du commun, qui, ainsi que la démocratie, coule toujours à pleins bords » (Œuvres complètes, t. XII, « Critique », 26). Contre cette menace, Hugo a recouru à la versification comme « forme optique de la pensée », capable de communiquer au médiocre une sorte de « relief » (Œuvres complètes, t. XII, « Critique », 28) sans le dénaturer. De même Flaubert veut faire des dialogues toujours bien écrits quel que soit le niveau de langue et l’appartenance sociale des personnages, et il définit ainsi son idéal : « Bien écrire le médiocre et faire qu’il garde en même temps son aspect, sa coupe, ses mots même » (12 septembre 1853). Ainsi Flaubert invente-t-il une écriture des temps démocratiques qui transfigure la médiocrité en Art. Cette écriture répond à un questionnement auquel Tocqueville a donné pour sa part une forme théorique.

Bibliographie : H. Balzac, La Comédie humaine, édition publiée sous la direction de P.-G. Castex, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1976-1981, 12 vol. – G. Blix, «Flaubert, Tocqueville et l’écriture démocratique », En ligne sur le site acamedia.edu. – P. Dufour, « Flaubert, Tocqueville, la rue », Les Temps modernes, 62 année, n° 642, 2007, p.18-35. – V. Hugo, Œuvres complètes, sous la direction de J. Seebacher et G. Rosa, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1985-1990, 15 vol. – K. Matsuzawa, «Madame Bovary et Tocqueville. Une lecture politique et philosophique », P.-L. Rey et G. Séginger (dir.), Madame Bovary et les savoirs, Presses Sorbonne nouvelle, 2009, p. 85-92. – F. Mélonio, Tocqueville et les Français, Aubier, coll. « Histoire », 1993 ; « Flaubert, « libéral enragé » ? », Flaubert : la politique, l’art, l’histoire, A. Herschberg Pierrot, Presses Universitaires de Vincennes, coll. « Manuscrits modernes », 2010, p. 15-33. – P. Petitier, Littérature et idées politiques au XIXe siècle : 1800-1870, Nathan, 1996. – J. Rancière, La parole muette. Essai sur les contradictions de la littérature, Hachette Littératures, 1998. – G. Séginger, « L’histoire des sentiments et des émotions », P. Glaudes et É. Reverzy (dir.), Relire L’Éducation sentimentale, Classiques Garnier, 2017. – G. de Staël, De la Littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales, Maradan, 1800. – N. Sugaya, « Flaubert et le roman démocrate », K. Matsuzawa (dir.), Balzac, Flaubert. La genèse de l’œuvre et la question de l’interprétation, Graduate School of Letters, Nagoya University, 2009, p. 111-116. – A. Tocqueville, Œuvres complètes, Gallimard, 1951-2003, 29 vol.

N. Hirasawa
LISAA – Université Paris-Est Marne-la-Vallée

 

Dictionnaire Flaubert

sous la direction de Gisèle Séginger
Honoré Champion, décembre 2017
Disponible en deux formats

Format semi-poche, 1776 p., ISBN 9782745349033
45 euros
Grand format, 2 volumes brochés, 1792 p., ISBN 9782745348203
130 euros

Le Dictionnaire Flaubert publié en décembre 2017 aux Éditions Champion (simultanément en deux volumes et en format semi-poche) a mobilisé une équipe internationale et pluridisciplinaire d’une centaine de collaborateurs. Il propose une somme de connaissances sur Flaubert dans son siècle, sur ses œuvres et leur thématique, sur leurs avant-textes et leur réception jusqu’à l’époque contemporaine. Il comporte des notices qui répondent aux principales interrogations sur sa vie, sur son entourage, sur ses conceptions littéraires, philosophiques, politiques, sur ses opinions et ses goûts. Il aborde le travail de l’écrivain depuis ses années de jeunesse, ses projets inédits, son évolution ainsi que tout un contexte culturel et scientifique qui permet de comprendre le rapport de ses œuvres à l’histoire, à la politique, à la religion et aux savoirs. Certains articles plus longs font le point sur des sujets importants ou des domaines encore peu explorés. Avec plus de 650 notices, ce dictionnaire a l’ambition d’offrir un bilan et une ouverture sur les recherches actuelles. Les notices parfois longues (plus de 20 000 signes) sont souvent de véritables articles scientifiques.

Toutefois aucun dictionnaire sur un auteur ne saurait être exhaustif. C’est pourquoi le travail se poursuit. Notre site apportera des compléments à la version publiée, et répondra aux questions et suggestions des lecteurs. Il proposera une oeuvre en mouvement et à l’affût des nouvelles recherches et découvertes.