9 mars-11 mars 2021

Citation

BICENTENAIRE FLAUBERT

COLLOQUE

FLAUBERT DANS SON SIÈCLE

Archives nationales
Hôtel de Rohan
87, rue Vieille du Temple 75003

organisé par Philippe Dufour (université de Tours)
et
Gisèle Séginger (université Gustave Eiffel et IUF)

9 mars-11 mars 2021

« Dans quel siècle, mon Dieu ! m’avez-vous fait naître ? » Flaubert cite ce mot de saint Polycarpe dès 1852 et aimera à le reprendre à son compte à la fin de sa vie. Ce misanthrope qui en veut à son époque n’en est pas moins captivé par elle, commentant la vie politique, suivant les débats d’idées (dialoguant avec les intellectuels : Taine, Renan), s’intéressant à l’histoire des sciences (que ce soit l’histoire naturelle, la médecine ou la toute nouvelle science des religions), réagissant à l’actualité littéraire, en ces temps de littérature industrielle, mais aussi à la peinture contemporaine qu’il n’aime guère (celle de Courbet, celle de l’impressionnisme, puisque réalisme il y a). La censure ne se laisse d’ailleurs pas prendre aux dehors d’esthète de cet écrivain qu’elle surveilla de Madame Bovary au Candidat ou à La Tentation de saint Antoine : toujours intempestif dans son siècle.

Autant qu’un homme-plume, Flaubert est un homme-siècle. Il s’agira donc d’étudier, à travers son œuvre et sa correspondance, ou encore ses notes de lecture, mais aussi bien les témoignages de ses contemporains (ainsi le Journal des Goncourt), l’engagement de Flaubert dans son temps. Voici quatre grands axes de réflexion assortis de quelques suggestions.

  1. Histoire politique

Cet anarchiste regarde les régimes défiler dans « le siècle des révolutions », sortant de l’enfance quand commence le règne de l’épicier et des banquiers, spectateur à Paris en février 1848, tour à tour accusé sur le banc des assises et convié à la fête impériale sous Napoléon III, garde national débordant de patriotisme et vitupérant contre la Commune en 1870-1871, avant de voir avec soulagement échouer les tentatives de fusion entre orléanistes et légitimistes au début de la Troisième République. Les idéologies sont soumises au tribunal de la Correspondance : l’héritage de Voltaire et de Rousseau, le libéralisme avec des nuances et des silences (Frédéric Bastiat est toujours cité en bonne part depuis une lettre de 1852 jusqu’à une dernière de 1880, pendant que Tocqueville n’est mentionné qu’une fois et pour la qualité de la mise en page dans l’édition Michel Lévy de L’Ancien Régime et la Révolution…), le christianisme avec ses avatars socialistes (ainsi en juge Flaubert), et tout ceci remis en jeu dans la polyphonie des romans, dans L’Éducation sentimentale, dans Bouvard et Pécuchet en particulier.

  1. Histoire des mœurs

À côté de l’histoire des événements, il y a l’histoire des mentalités, avec le sentiment profond chez Flaubert d’assister à l’émergence d’une culture de masse : il n’y a plus désormais que des bourgeois. L’ouvrier lui-même n’aurait pas d’autre aspiration que de devenir bourgeois. Tout le monde finira par lire les mêmes journaux. Bouvard et Pécuchet allait le dire : la société est faite pour aboutir à un Dictionnaire des idées reçues… Dans ses lettres, dans ses œuvres, Flaubert observe cette société démocratique du niveau, où triomphe l’anonyme opinion publique, en haine de l’originalité. L’artiste se sent exclu de son temps.

On pourra aussi s’intéresser à un autre Flaubert, heureux au présent, le Flaubert mondain du Second Empire (fréquentant le salon de la princesse Mathilde, ou dans l’intimité de Jeanne de Tourbey, la maîtresse de Plonplon), le Flaubert du monde des artistes et des actrices (vivant la mythologie bourgeoise de cet univers !), allant dans le salon de madame Sabatier, hantant les coulisses des théâtres, aimant les petits cercles d’amis réunis dans les brasseries et restaurants (cela survivra à 1870). Là cesse la légende du misanthrope de Croisset et apparaît un autre Flaubert, tonitruant. Le mélancolique a ses regains de vitalité au contact de la vie parisienne.

  1. Histoire des sciences

Homme du document, le romancier réaliste lit les livres spécialisés. Tout cela finira par une encyclopédie critique en farce. La science moderne est tantôt modèle, tantôt objet de dérision. Elle apporte moins le savoir qu’elle ne conforte dans le doute. À l’heure où la vision scientifique concurrence la vision chrétienne, Flaubert fait de l’attitude scientifique même un modèle pour l’impersonnalité de l’écrivain : exposer sans juger, comme dans l’histoire naturelle ; remplacer la plume par le scalpel. C’est la force et la limite de cette méthode : elle expose parfaitement, mais n’a rien à proposer. Renan finira par le reconnaître : grande liquidatrice du passé, la science n’est pas l’avenir. Au moins dissipe-t-elle les illusions. Sur ce point, Flaubert s’intéresse particulièrement à la science des religions qui venue d’Allemagne émerge au XIXe siècle : le christianisme devient une religion parmi d’autres, dans l’Histoire, avec une date de naissance et peut-être de mort. Saint Antoine dans son désert le sent obscurément. Creuzer (alimentant Salammbô), Quinet, Renan, autant de figures avec lesquelles dialogue Flaubert.

  1. Histoire de la littérature et des arts

L’artiste, sortant du silence du cabinet, mesure que la littérature est en train de devenir une marchandise comme une autre. Voici que pendant la rédaction de Madame Bovary, Du Camp lui parle des opportunités du marché. S’il méprise cette donnée, Flaubert ne la néglige pas pour autant, négociant avec ses éditeurs, disposant ses batteries à la sortie de ses livres et s’inquiétant de leur réception. Il cède aussi à la tentation théâtrale avec Le Candidat, tout en se demandant si la comédie moderne est autre chose qu’un genre lucratif, destiné à distraire une foule qui n’est pas un public de lettrés : comme Bouilhet, comme Daudet, Flaubert n’est pas loin de penser que la comédie depuis Scribe est sortie du champ de la Littérature.

Dans la peinture moderne, Flaubert, on l’a dit, a ses détestations : Courbet, parce qu’à lui s’attache le mot réalisme dont Flaubert ne veut pas, et parce que de surcroît il le fait rimer avec socialisme ; l’impressionnisme comme dernière formule en date justement du réalisme. Peut-on préciser ses rapports (à lui dont la critique, toutes choses égales par ailleurs, salua unanimement les talents de paysagiste, quand parut Madame Bovary en 1857) à l’école de Barbizon ou à l’orientaliste Fromentin (les deux hommes échangent leurs livres à l’époque de Salammbô et de Dominique) ?

Comité scientifique
Michel Pierssens (université de Montréal)
Marshall Olds (Michigan State University)
Kayoko Kashiwagi (Kyoto City University of Arts)
Barbara Vinken (université de Munich)
Françoise Melonio (Sorbonne Université)

Contacts
Gisèle Séginger : gisele.seginger@u-pem.fr
Philippe Dufour : philippe.dufour@univ-tours.fr

    

BICENTENAIRE FLAUBERT

2021 

Flaubert en images

Organisateurs: Juliette Azoulai (université Gustave Eiffel), Philippe Dufour (université de Tours), Gisèle Séginger (université Gustave Eiffel)

Alfons Mucha – 1896 – Salammbô

De la documentation au texte l’écriture flaubertienne fait une place importante au visuel que ce soit dans la description du réel, dans la reconstruction de l’Antiquité ou dans le récit d’hallucinations. Si le visuel est intrinsèquement lié à l’esthétique et à la poétique flaubertiennes du roman, les images vues et admirées par les personnages sont souvent la cible de l’ironie, dès Madame Bovary où elle vise les images stéréotypées créées soit par une mauvaise poésie ou des récits mièvres, soit par les nombreux produits dérivés d’un art qui devient industriel. Il n’est donc pas étonnant que Flaubert ait refusé avec obstination l’illustration de ses propres œuvres. Mais ses réticences à l’égard de l’image graphique sont surtout révélatrices d’une poétique de l’image écrite qui préserve la part du rêve dans les textes. La puissance visuelle de la lettre supérieure à l’image figée – une femme écrite fait rêver à mille femmes – inspirera bien des artistes, et les réinterprétations en images se multiplieront après la mort de Flaubert : œuvres graphiques (des éditions illustrées jusqu’aux bandes dessinées), cinématographiques ou plastiques surtout dans le cas de Salammbô qui a suscité un engouement chez les peintres et les sculpteurs.

Ce colloque réunira des spécialistes de littérature, de stylistique, de philosophie, d’histoire de l’art, des arts visuels (cinéma, photographie, illustration) ainsi que des écrivains. Il s’organisera autour de quelques axes.

  • La formation esthétique et visuelle de Flaubert (en Orient en particulier) et le rapport des textes à la peinture ancienne et contemporaine, la création dans ses romans de « tableaux d’auteur » inventés.
  • Le rapport ambivalent de Flaubert aux images : l’image mentale, entre génie et pathologie (comme le montre le dialogue avec le philosophe Taine sur l’hallucination) peut provenir d’une « déclivité involontaire d’idées, d’images » ; l’image peinte ou imprimée est perçue soit comme une source, soit comme une pétrification de l’activité imaginative (stéréotype).
  • La construction du visuel et de l’expérience visuelle des personnages des brouillons aux textes : que voient et comment voient les personnages ? C’est notamment tout l’enjeu du bovarysme, défini par le philosophe Jules de Gaultier comme une pathologie de la vision (« le mal d’avoir connu l’image de la réalité avant la réalité »).
  • La conception des images stylistiques que Flaubert choisit tantôt de bannir ou au contraire de cultiver (par exemple dans la féérie Le Château des cœurs en incarnant les tropes sur scène).
  • La puissance visuelle des textes flaubertiens commentée dans la réception au XIXe siècle et le rapport des écrivains actuels à la pratique flaubertienne de l’image.
  • La mise en images des textes de Flaubert par les différents arts qui révèlent parfois une part d’imaginaire jusque-là méconnue dans l’œuvre.

Contacts : seginger.gisele@u-pem.fr

 
 
 

 

Flaubert, Bouilhet, Malot, Maupassant: l’École de Rouen 

Journée d’étude
organisée par les associations des Amis d’Hector Malot
et des Amis de Flaubert et de Maupassant

Samedi 23 mars 2019 
Hôtel des Sociétés savantes, 190 rue Beauvoisine, Rouen

L’École de Rouen : si cette dénomination s’applique généralement à un groupe de peintres impressionnistes rouennais, elle a également été utilisée, tantôt sérieusement, tantôt ironiquement, pour désigner les nombreux jeunes écrivains et publicistes ralliés autour de Flaubert mais aussi de Bouilhet, dont Hector Malot fut très proche. Au même moment, Eugène Noël, ami de Michelet, Levallois et Malot, parlait également d’École de Rouen à propos des hommes de science groupés autour de Félix-Archimède Pouchet, dont tous les Rouennais, littérateurs en tête, prirent le parti dans sa mémorable controverse avec Pasteur autour de la question de la «génération spontanée ». C’est cette ambition rouennaise de concurrencer la capitale dans le domaine des lettres et des sciences qui sera envisagée lors de cette journée.

9h30. Accueil et présentation de la journée, par Francis Marcoin et Yvan Leclerc
10h. Francis Marcoin, L’École de Rouen : une chimère à deux visages
11h. Joëlle Robert, L’École de Rouen dans la Revue de Rouen, à partir de 1833 : une École de Rouen avant l’École de Rouen
11h30. Christa Delahaye, Madame de Montarcy de Louis Bouilhet (1856): Bouilhet, Flaubert et les quarante Rouennais

14h30. Yvan Leclerc, La notion d’École de Rouen dans la réception critique des œuvres de Flaubert
15h. Agnès Thomas-Vidal, « Être de la même coterie » –  Les mémoires d’un critique du « petit » Levallois (1895)

Contactamis.flaubert.maupassant@gmail.com

 

 

Portail Flaubert sur GALLICA

 

En collaboration avec le Centre Flaubert de l’Université de Rouen Normandie, GALLICA a organisé sous la forme d’un Portail Flaubert l’ensemble des manuscrits actuellement numérisés, provenant des collections de la BnF et de la Bibliothèque municipale de Rouen.

Une présentation vidéo accompagne la mise en ligne de ce portail.

 

 

 

 

 

 

Parution

CAHIERS FLAUBERT MAUPASSANT
n°35 et 36, 2018


SOMMAIRE du numéro 35

Rejouer aujourd’hui le procès de Madame Bovary
Le réquisitoire d’Ernest Pinard par Fabien Lacaille
La plaidoirie de Jules Senard par Morgane Beauvais

Flaubert au sud et au nord
Flaubert, lecteur de Cervantès: la poétique du leurre par Patricia Martinez, traduction par Pauline Doucet
Cervantès chez Flaubert: styles de l’imagination, «absence d’art», discours rapporté par Miguel Olmos
Flaubert, Pérez Galdós et Cervantès: comparaison de deux héroïnes, Emma Bovary et Tristana par Marjorie Rousseau-Minier
L’Orgie perpétuelle de Mario Vargas Llosa: confession d’un lecteur obsessionnel de Flaubert par Pauline Doucet
Flaubert et la vie littéraire en Suède vers la fin du XIXe siècle: les cas de Strindberg et Levertin par Hans Färnlöf

La patrimonialisation de Flaubert
Les publications du syndicat d’initiative. Pour un premier itinéraire flaubertien par David Michon
La fabrique d’une image d’écrivain pour la postérité: Gustave Flaubert, l’ermite de Croisset par Marie-Clémence Régnier
La patrimonialisation en question: Flaubert vu par Dominique Vervisch par Sandra Glatigny

Varia
La bibliothèque de Gustave Flaubert à Canteleu: un patrimoine historique, littéraire et iconographique par Joël Dupressoir
Flaubert et la phrase philosophique: des comptes à régler avec la mort par Javier Tuso

Comptes rendus 
Antoine Compagnon, Les Chiffonniers de Paris, Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires, 2017 par Joël Dupressoir
Thierry Poyet, La gens Flaubert. La fabrique de l’écrivain entre postures, amitiés et théories littéraires, Paris, Lettres Modernes Minard / Classiques Garnier, 2017 par Franck Colotte

Annexes 
Mentions de Flaubert et de Maupassant dans des expositions en cours par Michel Lambart

SOMMAIRE du numéro 36

Sur l’édition des correspondances de Flaubert et Maupassant
L’édition électronique de la correspondance de Flaubert par Yvan Leclerc
Flaubert et ses correspondants par Joëlle Robert
«Ma chère Gertrude – ma vieille amie – ma jeunesse!» Les relations de Gustave Flaubert et Gertrude Tennant à la lumière de la nouvelle édition électronique de la Correspondance par Stéphanie Dord-Crouslé
Les correspondances de Gustave Flaubert et Guy de Maupassant conservées à la Bibliothèque de Rouen par Anne-Bénédicte Levollant
Le Colonel Sickles par Louis Forestier
Un dossier de l’éditeur Louis Conard acheté par la Bibliothèque de Rouen par Yvan Leclerc

Varia 
L’écriture réaliste et l’orientalisme critique: Flaubert et Maupassant par Jennifer Yee

Journée d’étude

Journée d’étude organisée par les associations des Amis d’Hector Malot
et des Amis de Flaubert et de Maupassant

Samedi 23 mars 2019
Hôtel des Sociétés savantes
190 rue Beauvoisine, Rouen, 9h30

Flaubert, Bouilhet, Malot, Maupassant: l’École de Rouen

L’École de Rouen: si cette dénomination s’applique généralement à un groupe de peintres impressionnistes rouennais, elle a également été utilisée, tantôt sérieusement, tantôt ironiquement, pour désigner les nombreux jeunes écrivains et publicistes ralliés autour de Flaubert mais aussi de Bouilhet, dont Hector Malot fut très proche. Au même moment, Eugène Noël, ami de Michelet, Levallois et Malot, parlait également d’École de Rouen à propos des hommes de science groupés autour du Dr Pouchet, dont tous les Rouennais, littérateurs en tête, prirent le parti dans sa mémorable controverse avec Pasteur autour de la question de la «génération spontanée». C’est cette ambition rouennaise de concurrencer la capitale dans le domaine des lettres et des sciences qui sera envisagée lors de cette journée.

‒ Francis Marcoin, L’École de Rouen: une chimère à deux visages
‒ Joëlle Robert, L’École de Rouen dans la Revue de Rouen, à partir de 1833: une École de Rouen avant l’École de Rouen
‒ Christa Delahaye, Madame de Montarcy de Louis Bouilhet (1856): Bouilhet, Flaubert et les quarante Rouennais
‒ Yvan Leclerc, La notion d’École de Rouen dans la réception critique des oeuvres de Flaubert
‒  Agnès Thomas-Vidal, «Être de la même coterie» ‒ Les mémoires d’un critique du «petit» Levallois (1895)

Vient de paraître

Éric Le Calvez
Flaubert voyageur, Classiques Garnier, 2019

Contributeurs
Amaral de Oliveira Ribeiro (Lúcia), Bonafos (Alexandre), Breuillot (Martine), Carrico (Abbey), Claudel (Ophélia), Dord-Crouslé (Stéphanie), El Meknassi (Asmaa), Elez (Vesna), Ippolito (Christophe), Le Calvez (Éric), Lyamlahy (Khalid), Magaudda (Biagio), Mangiapane (Stella), Palermo Di Stefano (Rosa Maria), Petibon (Nathalie), Poyet (Thierry), Soussou (Moulay Youssef), Thomas (Jeffrey), Thomas-Ripault (Catherine),

Présentation
Malgré sa réputation d’«ermite», Flaubert a fait de nombreux voyages, qui ont un rapport étroit avec son oeuvre, même s’il n’aime pas vraiment voyager. Cet ouvrage revient sur l’importance des voyages pour Flaubert, la diversité des approches choisies par les auteurs en montrant la grande richesse.

 

Journée d’étude à Tokyo

Samedi 12 mai 2018, 14h-17h, Université Rikkyo 

Flaubert, Spinoza, Bergson. Littérature et philosophie dans la France du XIXe siècle, journée organisée par Norioki Sugaya

Juliette Azoulai, «Flaubert et le vertige spinoziste»
Atsushi Yamazaki, «Bouvard et Pécuchet, un roman sceptique»
Hisashi Fujita, «Pour Pierre Macherey: relire À quoi pense la littérature?»

France Culture : quatre émissions sur Flaubert

La Compagnie des auteurs par Matthieu Garrigou-Lagrange du lundi 2 avril au jeudi 5 avril 2018, de 15H à 16H

Lundi 2 avril  : Une manière spéciale de vivre,  avec Pierre-Marc de Biasi
Mardi 3 avril  : Flaubert en mouvement, avec Gisèle Séginger
Mercredi 4 avril : Une éducation du sentiment, avec Pierre Glaudes
Jeudi 5 avril : Madame Bovary et Bouvard et Pécuchet, avec Yvan Leclerc

Madame Bovary

Madame Bovary
Mœurs de province

Gustave Flaubert
Édition : Gisèle Séginger
GF (n° 1593) – Littérature et civilisation
À paraître le 14/03/2018

En 1857, Madame Bovary fait scandale. Poursuivi pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs », Flaubert est acquitté, mais la réputation sulfureuse de l’œuvre forge la célébrité de son auteur. Les critiques s’emparent du roman pour en faire le champion du réalisme, qui s’impose sur les cendres du romantisme. L’auteur se défend contre cette assimilation à la nouvelle école en faisant prévaloir encore et toujours son amour de l’art pour l’art, son souci obsessionnel du style et sa quête d’une poétique impersonnelle qui fait entrer le roman dans la modernité. Ce récit corrosif de la vie de province marque l’invention d’une nouvelle façon d’écrire et de représenter le monde, subversive sans en avoir l’air, qui fait d’Emma Bovary l’incarnation d’une protestation contre la banalité du réel.

DOSSIER
1. La genèse de l’œuvre
2. Histoire et politique
3. Le roman impersonnel
4. Le procès et la réception du roman

Interview

Émission « La Bande Originale » consacrée à Jacques Weber, qui vient de publier un livre sur Flaubert : Vivre en bourgeois, penser en demi-dieu (Fayard,2018). France Inter mercredi 28 février à partir de 11 h 04.

Avec une interview de Gisèle Séginger, à l’occasion de la parution du Dictionnaire Flaubert (Champion, 2017).

 

Journée des dictionnaires

Les dictionnaires et les femmes

Colloque international (gratuit et sans réservation)
Université Paris-Seine, Fondation Alliance française et Délégation générale à la langue française et aux langues de France

Organisé par Jean Pruvost, créateur des « Journées des dictionnaires »
Avec la collaboration d’Olivier Bertrand et Christophe Rey
(Laboratoire Lexique Textes Discours Dictionnaires, LT2D, Université Paris-Seine)

Mercredi 21 mars 2018
Théâtre de la Fondation de l’Alliance française, 101 bd Raspail, 75006 Paris
M° Notre-Dame-des-Champs, Saint-Placide

 

OUVERTURE : 9 h 30

M. Michel Doulcet
Président de la Fondation Alliance française
Loïc Depecker
Délégué général à la langue française et aux langues de France

Présidente de séance : Henriette WALTER
Professeur de l’Université de Haute Bretagne, Directrice du laboratoire de Phonologie à l’École pratique des Hautes Études

Jean PRUVOST,
Université de Cergy-Pontoise, Laboratoire Lexiques Textes Discours Dictionnaires, Chroniqueur à Radio France, Directeur éditorial des Éditions Honoré Champion
Les dictionnaires et les femmes : de la maltraitance à la toute confiance. Hommage à Jean-Claude Boulanger et Michel Legrain

Nicole CHOLEWKA,
Lexicologue, Laboratoire LT2D, Université de Cergy-Pontoise, CNRS
Suivez la femme

Président de séance : Olivier BERTRAND,
Vice-président de l’Université de Cergy-Pontoise.

Michaela HEINZ,
Privat-docente (HDR Université d’Erlangen), Métalexicographe, Organisatrice des Journées allemandes des dictionnaires
Les femmes traduites !

Axel MAUGEY,
Professeur des universités, Prix La Renaissance française 2017, Grand Prix de l’Académie française
Les femmes d’esprit au coeur de la civilisation française.

Yves CUNOW, Verbicruciste, Président de l’Association À la croisée des mots,
David est Goliath. La femme en croisade.


14 h 45 – 18 h 30

Présidente de séance : Carine GIRAC
Directrice du Département Dictionnaires et encyclopédies, Éditions Larousse

Patricia MAIRE
Lexicographe des Éditions Larousse
Femmes et dictionnaires : L’évolution de la place des femmes dans les dictionnaires Larousse depuis 25 ans.

Bernard FRIPIAT
Écrivain, historien de l’orthographe et chroniqueur radiophonique
et Wendy BOUCHARD
Journaliste et animatrice à la tête de la matinale d’Europe 1 le week-end (6h-9h) et d’émissions culturelles sur France 3 et citoyennes sur Public sénat,
Au service des dictionnaires, l’image de la femme chez les grammairiens du XVIIe siècle.

Jeanne BORDEAU
Fondatrice et Présidente de l’Institut de la qualité de l’expression, Bureau de style en langage
Mots et femmes dans les médias.

Présidente de séance : Guillemette MOUREN-VERRET
Directrice de Défense de la langue française.

Gisèle SÉGINGER
Université Paris-Est Marne-la-Vallée et Institut Universitaire de France,  responsable de l’équipe du Dictionnaire Flaubert (Honoré Champion)
Dictionnaire Flaubert : femmes et Femme.

Renaud NATTIEZ
Inspecteur général, Auteur du Dictionnaire Tintin
Les femmes dans Tintin.

Christophe REY
Université de Cergy-Pontoise, Professeur de linguistique, Directeur du laboratoire Lexiques, Textes, Discours, Dictionnaires
et Roland LAFFITTE
Secrétaire de la Société d’Études lexicographiques et étymologiques Françaises et Arabes (SÉLÉFA)
L’univers féminin au prisme des arabismes.

Arkadiy SEDYKH
Docteur ès lettres, directeur du département d’allemand et de français, professeur des universités, Université nationale de recherche de Belgorod,
Femme et dictionnaires en Russie.

CLÔTURE

Frédéric TREFFEL (Professeur associé et chercheur à l’Université de Cergy-Pontoise, LT2D) et Jean PRUVOST


VENTE DES LIVRES assurée par la Maison des dictionnaires (dicoland.com)

CONTACTS
Françoise Laigle
(attachée de presse) : francoise@carouzel.com, 06 13 61 43 12
Jean Pruvost : pruvost.jean0943@orange.fr, 06 30 53 88 32
Liset Diaz Martinez (Laboratoire LT2D) :  liset.diaz@u-cergy.fr, 01 34 25 67 58
Laurence Lalatonne (Fondation Alliance française): llatonne@fondationfr.org

LES JOURNÉES DES DICTIONNAIRES : C’est en 1993 qu’à l’Université de Cergy-Pontoise naissait la Journée des dictionnaires, colloque international rassemblant toutes celles et tous ceux que les dictionnaires d’hier et d’aujourd’hui passionnent. Cette rencontre annuelle, qui regroupe plusieurs centaines de personnes, se déroule toujours au cours de la Semaine de la langue française. Le thème en est chaque année différent et les conférences y sont offertes par des spécialistes de renommée internationale. Ce colloque est gratuit et sans réservation.

PARTENAIRES
Crédit Mutuel Enseignant : Françoise Coconnier.
Délégation générale à la langue française et aux langues de France
Fondation Alliance française (Michel Doulcet)
Journées allemandes des dictionnaires (Michaela Heinz)
Journées italiennes des dictionnaires (Giovanni Dotoli)
Journées québécoises des dictionnaires (Monique Cormier)
Journées marocaines des dictionnaires (Leila Messaoudi)
Institut de la qualité de l’expression (Jeanne Bordeau)
Association des Membres de l’Ordre des Palmes Académiques (Michel Berthet)

SITES
Fondation Alliance française
Académie française
Académie française: Dire et ne pas dire

Langue française et langues de France, Ministère de la Culture
France terme, Ministère de la Culture 
Conseil International de la Langue Française
Association française pour l’enseignement du français
Outils et Ressources pour un traitement optimisé de la langue française
Canal Académie. Les Académies et l’Institut de France sur Internet
Institut de France
L’Institut de la qualité de l’expression
Analyse et traitement informatique de la langue française
À la croisée des mots
Le blog des correcteurs du Monde
À la fortune du mot, blog de La Voix du Nord
L’énergie des mots. Blog de La Charente libre
France Bleu, émission Le nom des lieux
France Bleu, émission Doc-dico
RCF Radio, émission Un mot, un jour
Éditions Honoré Champion

SITES DU LT2D (Laboratoire Lexique Textes Discours Dictionnaires)
Musée virtuel des dictionnaires 
Petit Larousse 1905 informatisé