9 mars-11 mars 2021

Citation

BICENTENAIRE FLAUBERT

COLLOQUE

FLAUBERT DANS SON SIÈCLE

Archives nationales
Hôtel de Rohan
87, rue Vieille du Temple 75003

organisé par Philippe Dufour (université de Tours)
et
Gisèle Séginger (université Gustave Eiffel et IUF)

9 mars-11 mars 2021

« Dans quel siècle, mon Dieu ! m’avez-vous fait naître ? » Flaubert cite ce mot de saint Polycarpe dès 1852 et aimera à le reprendre à son compte à la fin de sa vie. Ce misanthrope qui en veut à son époque n’en est pas moins captivé par elle, commentant la vie politique, suivant les débats d’idées (dialoguant avec les intellectuels : Taine, Renan), s’intéressant à l’histoire des sciences (que ce soit l’histoire naturelle, la médecine ou la toute nouvelle science des religions), réagissant à l’actualité littéraire, en ces temps de littérature industrielle, mais aussi à la peinture contemporaine qu’il n’aime guère (celle de Courbet, celle de l’impressionnisme, puisque réalisme il y a). La censure ne se laisse d’ailleurs pas prendre aux dehors d’esthète de cet écrivain qu’elle surveilla de Madame Bovary au Candidat ou à La Tentation de saint Antoine : toujours intempestif dans son siècle.

Autant qu’un homme-plume, Flaubert est un homme-siècle. Il s’agira donc d’étudier, à travers son œuvre et sa correspondance, ou encore ses notes de lecture, mais aussi bien les témoignages de ses contemporains (ainsi le Journal des Goncourt), l’engagement de Flaubert dans son temps. Voici quatre grands axes de réflexion assortis de quelques suggestions.

  1. Histoire politique

Cet anarchiste regarde les régimes défiler dans « le siècle des révolutions », sortant de l’enfance quand commence le règne de l’épicier et des banquiers, spectateur à Paris en février 1848, tour à tour accusé sur le banc des assises et convié à la fête impériale sous Napoléon III, garde national débordant de patriotisme et vitupérant contre la Commune en 1870-1871, avant de voir avec soulagement échouer les tentatives de fusion entre orléanistes et légitimistes au début de la Troisième République. Les idéologies sont soumises au tribunal de la Correspondance : l’héritage de Voltaire et de Rousseau, le libéralisme avec des nuances et des silences (Frédéric Bastiat est toujours cité en bonne part depuis une lettre de 1852 jusqu’à une dernière de 1880, pendant que Tocqueville n’est mentionné qu’une fois et pour la qualité de la mise en page dans l’édition Michel Lévy de L’Ancien Régime et la Révolution…), le christianisme avec ses avatars socialistes (ainsi en juge Flaubert), et tout ceci remis en jeu dans la polyphonie des romans, dans L’Éducation sentimentale, dans Bouvard et Pécuchet en particulier.

  1. Histoire des mœurs

À côté de l’histoire des événements, il y a l’histoire des mentalités, avec le sentiment profond chez Flaubert d’assister à l’émergence d’une culture de masse : il n’y a plus désormais que des bourgeois. L’ouvrier lui-même n’aurait pas d’autre aspiration que de devenir bourgeois. Tout le monde finira par lire les mêmes journaux. Bouvard et Pécuchet allait le dire : la société est faite pour aboutir à un Dictionnaire des idées reçues… Dans ses lettres, dans ses œuvres, Flaubert observe cette société démocratique du niveau, où triomphe l’anonyme opinion publique, en haine de l’originalité. L’artiste se sent exclu de son temps.

On pourra aussi s’intéresser à un autre Flaubert, heureux au présent, le Flaubert mondain du Second Empire (fréquentant le salon de la princesse Mathilde, ou dans l’intimité de Jeanne de Tourbey, la maîtresse de Plonplon), le Flaubert du monde des artistes et des actrices (vivant la mythologie bourgeoise de cet univers !), allant dans le salon de madame Sabatier, hantant les coulisses des théâtres, aimant les petits cercles d’amis réunis dans les brasseries et restaurants (cela survivra à 1870). Là cesse la légende du misanthrope de Croisset et apparaît un autre Flaubert, tonitruant. Le mélancolique a ses regains de vitalité au contact de la vie parisienne.

  1. Histoire des sciences

Homme du document, le romancier réaliste lit les livres spécialisés. Tout cela finira par une encyclopédie critique en farce. La science moderne est tantôt modèle, tantôt objet de dérision. Elle apporte moins le savoir qu’elle ne conforte dans le doute. À l’heure où la vision scientifique concurrence la vision chrétienne, Flaubert fait de l’attitude scientifique même un modèle pour l’impersonnalité de l’écrivain : exposer sans juger, comme dans l’histoire naturelle ; remplacer la plume par le scalpel. C’est la force et la limite de cette méthode : elle expose parfaitement, mais n’a rien à proposer. Renan finira par le reconnaître : grande liquidatrice du passé, la science n’est pas l’avenir. Au moins dissipe-t-elle les illusions. Sur ce point, Flaubert s’intéresse particulièrement à la science des religions qui venue d’Allemagne émerge au XIXe siècle : le christianisme devient une religion parmi d’autres, dans l’Histoire, avec une date de naissance et peut-être de mort. Saint Antoine dans son désert le sent obscurément. Creuzer (alimentant Salammbô), Quinet, Renan, autant de figures avec lesquelles dialogue Flaubert.

  1. Histoire de la littérature et des arts

L’artiste, sortant du silence du cabinet, mesure que la littérature est en train de devenir une marchandise comme une autre. Voici que pendant la rédaction de Madame Bovary, Du Camp lui parle des opportunités du marché. S’il méprise cette donnée, Flaubert ne la néglige pas pour autant, négociant avec ses éditeurs, disposant ses batteries à la sortie de ses livres et s’inquiétant de leur réception. Il cède aussi à la tentation théâtrale avec Le Candidat, tout en se demandant si la comédie moderne est autre chose qu’un genre lucratif, destiné à distraire une foule qui n’est pas un public de lettrés : comme Bouilhet, comme Daudet, Flaubert n’est pas loin de penser que la comédie depuis Scribe est sortie du champ de la Littérature.

Dans la peinture moderne, Flaubert, on l’a dit, a ses détestations : Courbet, parce qu’à lui s’attache le mot réalisme dont Flaubert ne veut pas, et parce que de surcroît il le fait rimer avec socialisme ; l’impressionnisme comme dernière formule en date justement du réalisme. Peut-on préciser ses rapports (à lui dont la critique, toutes choses égales par ailleurs, salua unanimement les talents de paysagiste, quand parut Madame Bovary en 1857) à l’école de Barbizon ou à l’orientaliste Fromentin (les deux hommes échangent leurs livres à l’époque de Salammbô et de Dominique) ?

Comité scientifique
Michel Pierssens (université de Montréal)
Marshall Olds (Michigan State University)
Kayoko Kashiwagi (Kyoto City University of Arts)
Barbara Vinken (université de Munich)
Françoise Melonio (Sorbonne Université)

Contacts
Gisèle Séginger : gisele.seginger@u-pem.fr
Philippe Dufour : philippe.dufour@univ-tours.fr

    

BICENTENAIRE FLAUBERT

2021 

Flaubert en images

Organisateurs: Juliette Azoulai (université Gustave Eiffel), Philippe Dufour (université de Tours), Gisèle Séginger (université Gustave Eiffel)

Alfons Mucha – 1896 – Salammbô

De la documentation au texte l’écriture flaubertienne fait une place importante au visuel que ce soit dans la description du réel, dans la reconstruction de l’Antiquité ou dans le récit d’hallucinations. Si le visuel est intrinsèquement lié à l’esthétique et à la poétique flaubertiennes du roman, les images vues et admirées par les personnages sont souvent la cible de l’ironie, dès Madame Bovary où elle vise les images stéréotypées créées soit par une mauvaise poésie ou des récits mièvres, soit par les nombreux produits dérivés d’un art qui devient industriel. Il n’est donc pas étonnant que Flaubert ait refusé avec obstination l’illustration de ses propres œuvres. Mais ses réticences à l’égard de l’image graphique sont surtout révélatrices d’une poétique de l’image écrite qui préserve la part du rêve dans les textes. La puissance visuelle de la lettre supérieure à l’image figée – une femme écrite fait rêver à mille femmes – inspirera bien des artistes, et les réinterprétations en images se multiplieront après la mort de Flaubert : œuvres graphiques (des éditions illustrées jusqu’aux bandes dessinées), cinématographiques ou plastiques surtout dans le cas de Salammbô qui a suscité un engouement chez les peintres et les sculpteurs.

Ce colloque réunira des spécialistes de littérature, de stylistique, de philosophie, d’histoire de l’art, des arts visuels (cinéma, photographie, illustration) ainsi que des écrivains. Il s’organisera autour de quelques axes.

  • La formation esthétique et visuelle de Flaubert (en Orient en particulier) et le rapport des textes à la peinture ancienne et contemporaine, la création dans ses romans de « tableaux d’auteur » inventés.
  • Le rapport ambivalent de Flaubert aux images : l’image mentale, entre génie et pathologie (comme le montre le dialogue avec le philosophe Taine sur l’hallucination) peut provenir d’une « déclivité involontaire d’idées, d’images » ; l’image peinte ou imprimée est perçue soit comme une source, soit comme une pétrification de l’activité imaginative (stéréotype).
  • La construction du visuel et de l’expérience visuelle des personnages des brouillons aux textes : que voient et comment voient les personnages ? C’est notamment tout l’enjeu du bovarysme, défini par le philosophe Jules de Gaultier comme une pathologie de la vision (« le mal d’avoir connu l’image de la réalité avant la réalité »).
  • La conception des images stylistiques que Flaubert choisit tantôt de bannir ou au contraire de cultiver (par exemple dans la féérie Le Château des cœurs en incarnant les tropes sur scène).
  • La puissance visuelle des textes flaubertiens commentée dans la réception au XIXe siècle et le rapport des écrivains actuels à la pratique flaubertienne de l’image.
  • La mise en images des textes de Flaubert par les différents arts qui révèlent parfois une part d’imaginaire jusque-là méconnue dans l’œuvre.

Contacts : seginger.gisele@u-pem.fr