République (la)

Dans les années 1830, sous l’influence de son entourage familial et scolaire, le jeune Gustave se dit libéral, et dans ses lettres de 1835, il tient des propos contre la censure et contre la répression des émeutiers de 1834 (Corr., I, 21 et 22), avec une exaltation de républicain. Flaubert est alors l’élève d’Adolphe Chéruel, un disciple de Michelet, et il commence à lire le grand historien dans ces années. Il restera lié à son professeur bien au-delà de sa sortie du collège. Toutefois, à partir de ses études de droit à Paris, son entourage change. Il fréquente l’atelier de James Pradier, un sculpteur qui reçoit des commandes officielles de la Monarchie de Juillet. Il se lie avec Maxime du Camp vers 1842, puis avec Louis Bouilhet à partir de 1846, qui ne sont ni l’un ni l’autre des républicains. Maxime Du Camp présentera à Flaubert son ami Louis de Cormenin, le fils d’un homme politique conservateur, hostile à la Monarchie de Juillet. Les trois amis accompagnés de Bouilhet assisteront ensemble à la proclamation de la Seconde République, qui ne suscite pas leur enthousiasme. On sait par ailleurs, grâce à Maxime Du Camp, que Flaubert ainsi que lui-même se sont abstenus de voter au moment de l’élection présidentielle de décembre 1848.

À 27 ans, Flaubert est devenu tout à fait sceptique en politique et antirépublicain, avec de surcroît le sentiment que c’est toute la société française qui tourne mal. En mars, de retour à Croisset, il écrit à Louise Colet : « Vous me demandez mon avis sur tout ce qui vient de s’accomplir. Eh bien ! tout cela est fort drôle. Il y a des mines de déconfits bien réjouissantes à voir. Je me délecte profondément dans la contemplation de toutes les ambitions aplaties. Je ne sais si la forme nouvelle du gouvernement et l’état social qui en résultera sera favorable à l’Art. C’est une question. On ne pourra pas être plus bourgeois ni plus nul. Quant à plus bête, est-ce possible ? » (mars 1848, Corr., I, 492). Son refus des idéologies s’affirme en 1849 : « Républicains, réactionnaires, rouges, bleus, tricolores, tout cela concourt d’ineptie. Il y a de quoi faire vomir les honnêtes gens, comme disait le Garçon. Les patriotes ont peut-être raison : la France est abaissée. Quant à l’esprit, c’est certain. La politique achève d’en tirer la dernière goutte. » (6 mai 1849, Corr., I, 507). Dès lors, il dénigre souvent la politique, les rêves républicains mais aussi les excès de la Réaction. Avec des poses « d’aristocrate enragé » (Corr., II, 335), il lui arrive même de dire son mépris et sa haine pour l’ensemble de ses concitoyens, tant il a été indigné par la folie générale. S’il défend inconditionnellement les droits de l’individu – acquis majeur à ses yeux de la révolution de 1789 à laquelle, selon lui, les socialistes vouent une haine (Corr., III, 402) –, par contre la forme de gouvernement lui importe peu, bien qu’il estime – du moins jusqu’à la fin des années 1860 – que la république est probablement celle qui convient le moins pour garantir la paix et la liberté des individus. Reposant sur l’assentiment d’une majorité, elle ne peut-être que fragile et susceptible de contestations, comme l’ont montré les événements de mai et juin 1848. De ses jeunes années, Flaubert ne garde plus que son hostilité à l’égard des bourgeois, de leur bêtise et de leur utilitarisme.

La fin de la Seconde République ne l’émeut donc guère. Après le Coup d’État du 2 décembre 1851, à peine évoque-t-il en passant dans une lettre à son amie anglaise, Henriette Collier, la « triste époque » et « l’état de rage contenue » (8 décembre 1851). Mais l’ambiguïté de cette réflexion est bien vite dissipée lorsque, quelques mois plus tard, il s’enthousiasme pour l’action de Louis-Napoléon Bonaparte « qui ravale sous la semelle de ses bottes cette noble France » (Corr., II, 100). C’est qu’il se sent – dit-il – ramené « au mépris de la masse, et à la haine du populaire » (Corr., II, 559), et il répète volontiers son hostilité au suffrage universel (Corr., II, 169 ; IV, 487) : « le droit du nombre, le respect de la foule a succédé à l’autorité du nom, au droit divin, à la suprématie de l’esprit. » (Corr., II, 90) À ce nouveau dogme, il oppose le droit de l’exception et de l’individu, peu compatible avec la forme républicaine, dont il redoute toujours les excès démocratiques. Un véritable libéral ne peut pas bien vivre en république. Malgré son admiration pour Michelet, et son amitié pour George Sand, il ne partage donc pas leur idéologie républicaine : « Le Peuple est un éternel mineur » (30 avril 1871, Corr., IV, 314), dit-il en 1871, et il estime valoir à lui seul « 20 électeurs de Croisset » (Corr., IV, 394). Le libéralisme de Flaubert a tourné à l’élitisme.

Dans ses lettres à George Sand de la période où il rédige L’Éducation sentimentale (1863-1869), Flaubert réfléchit a posteriori sur la Seconde République. Il argumente pour défendre sa position, car George Sand, avait mis quant à elle tous ses espoirs dans la République, avant d’être déçue, comme beaucoup de ses contemporains, par l’insurrection de juin 1848, qui avait déclenché une répression puis la formation et le triomphe du parti de l’Ordre. Présente à Paris et engagée en février, elle avait regagné Nohant et pris ses distances dès mai 1848, tout en gardant une part de sa sympathie pour ses anciens amis socialistes. Dans les années 1860, et encore plus dans les années 1870-1871, Flaubert voudrait la guérir de son sentimentalisme politique. Il retourne contre l’idéologie républicaine des propos de Michelet, que l’historien n’appliquait pour sa part qu’à la Terreur, sous la Première République, dans son Histoire de la révolution française (1847-1853). Flaubert se dit frappé par la mystique révolutionnaire des républicains du XIXe siècle qui se réfèrent volontiers à 1789 : il y voit un retour du refoulé chrétien sous la forme du dogmatisme jacobin et de sa mystique du Salut public (Corr., III, 771, IV, 13). L’idéologie républicaine, c’est tout à la fois le Moyen Âge (par son côté religieux), le sentimentalisme et l’idéalisme romantique.

Le grand responsable, disait déjà Flaubert en 1853, c’est Lamartine, qui lui semble faire la synthèse du religieux, du sentimental, – et de la féminisation des esprits, à laquelle Flaubert attribue bien des travers de son époque : Lamartine est « un homme d’État sans initiative », un « esprit eunuque » : « C’est à lui que nous devons tous les embêtements bleuâtres du lyrisme poitrinaire, et lui que nous devons remercier de l’Empire […] » (Corr., II, 299). Il faut aussi se guérir, dit-il, des « chloroses gothiques » de Rousseau (Corr., II, 309), autre responsable, selon Flaubert, de la mystique républicaine du XIXe siècle, et il oppose à l’auteur du Contrat social l’autre voie qu’il aurait fallu suivre, celle de Voltaire et de la raison : contre l’idée du consensus républicain, du contrat et des majorités, ne serait-il pas un défenseur tardif du despotisme éclairé, se demande Jean-Louis Douchin (410) ? Quoi qu’il en soit, on remarque que Flaubert décline pendant plusieurs années l’opposition entre Voltaire et Rousseau, en faisant même de ce dernier un ennemi de la Justice. La République contre le Droit ?

En 1867, il s’inspire à nouveau du rapprochement que Michelet établit entre la Grâce catholique et la tyrannie jacobine, pour expliquer à Amélie Bosquet ses réticences à propos du Roman des ouvrières  qu’elle vient de publier : « Je crois […] que, si nous sommes tellement bas moralement et politiquement, c’est qu’au lieu de suivre la grande route de M. de Voltaire, c’est-à-dire celle de la Justice et du Droit, on a pris les sentiers de Rousseau, qui, par le Sentiment, nous ont ramenés au Catholicisme. Si on avait eu souci de l’Équité et non de la Fraternité, nous serions Haut ! » (2 janvier 1868, Corr., III, 720) Dans cette période, ce sont aussi ces réflexions qui orientent le projet de L’Éducation sentimentale, et Flaubert note dans le Carnet 9 : « Montrer que le Sentimentalisme (son développement depuis 1830) suit la Politique et en reproduit les phases » (f° 38 v°). Dans le roman, Dussardier exalte la république comme un idéal moral et quasiment religieux : « La République est proclamée ! on sera heureux maintenant ! » (ES, 395) Significativement, ce sentiment républicain gagne la courtisane Rosanette, qui se déclare pour la République « comme l’avait déjà fait l’archevêque de Paris », comme le fait aussi M. Dambreuse, poussé quant à lui par un autre sentiment : la peur. Quant à Pellerin, il veut représenter cet élan et peindre une figure allégorique de la République: il réalise un tableau ridicule qui représente le Christ sur une locomotive, image grotesque de l’idéal républicain de progrès. La Réaction de juin est la seconde phase de l’histoire du sentiment sous la Seconde République. Elle se fonde sur les peurs, la haine, l’amour des idéaux bourgeois : « la Propriété monta dans les respects au niveau de la Religion et se confondit avec Dieu » (ES, 401). Le sentimentalisme et le fanatisme sont des deux bords. C’est pourquoi Flaubert renvoie dos à dos les deux camps dans son roman. Il est d’ailleurs persuadé qu’il faut se défaire des partis pris politiques, des sentiments, pour dépasser la politique par la science. Son anti-républicanisme est donc bien le signe d’une critique plus générale du fonctionnement de la société et de l’état des esprits.

Après la défaite de 1870, les violences de la Commune lui font redouter à nouveau les effets d’une république à tendance démocratique, à un moment où les troupes prussiennes menacent Paris. Il hait – dit-il à George Sand – la démocratie parce qu’elle s’appuie sur « la morale de l’évangile » et celle-ci, ajoute-t-il avec les mêmes termes qu’en 1867, est « l’immoralité même, […] c’est-à-dire l’exaltation de la grâce au détriment de la justice, la négation du Droit, l’anti-sociabilité » (Corr., IV, 314). Il analyse les risques de la démocratie en république, et il attaque la mystique révolutionnaire qui resurgit en 1871 et agite le mot « république » comme une arme magique : « Il faut que la Révolution française cesse d’être un dogme et qu’elle rentre dans la Science, comme le reste des choses humaines. Si on eût été plus savant, on n’aurait pas cru qu’une formule mystique est capable de faire des armées et qu’il suffit du mot « République » pour vaincre un million d’hommes bien disciplinés. On aurait laissé Badinguet sur le trône, exprès pour faire la paix, quitte à le mettre au bagne ensuite ! » (à Sand, 31 mars 1871, Corr., IV, 300). Dans le même esprit que Renan, dont il partage l’élitisme, réaffirmé en 1870-1871 dans La réforme intellectuelle et morale, Flaubert rêve alors d’un « gouvernement de Mandarins » qui gérerait les affaires de l’État avec compétence et sans parti pris préconçu (à G. Sand, 30 avril 1871, Corr., IV, 314).

Or, c’est cet esprit qui lui semble triompher lorsque Thiers devient chef du pouvoir exécutif, et dès juillet 1871, il écrit à George Sand : « la République bourgeoise peut s’établir. Son manque d’élévation est peut-être une garantie de solidité. C’est la première fois que nous vivons sous un gouvernement qui n’a pas de principe. L’ère du positivisme en politique va commencer. » (Corr., IV, 352) De même, il n’hésite pas à dire à la cousine de Napoléon III, la Princesse Mathilde, le 6 septembre 1871 : « La République ne se fait pas sentir. Donc gardons-la ! » (Corr., IV, 371). Flaubert accepte la Troisième République dès lors que son conservatisme modéré peut garantir la paix.

La Troisième République connait deux crises graves avant 1880 (la première en 1873 et la seconde en 1876-1877), et à chaque fois Flaubert réaffirme son républicanisme, hostile aux extrêmes, aux intrigues des monarchistes et à l’agitation catholique. Élu président de la République le 31 août 1871, Thiers est en effet mis en minorité par les monarchistes et démissionne le 24 mai 1873. Mac-Mahon, un royaliste et clérical de surcroît, le remplace. Il annonce qu’il veut rétablir « l’ordre moral », et ce président élu a l’idée de préparer un retour de la monarchie ! Le comte de Chambord pourrait devenir roi sous le nom de Henri V. Flaubert se méfie de cette nouvelle croyance en un sauveur ou un messie royaliste, et il dit nettement son hostilité à l’idée d’une seconde Restauration. Il évoque plus largement l’inquiétude que suscite dans bien des milieux la perspective d’une nouvelle aventure royaliste : « J’ai vu, la semaine dernière, beaucoup de monde, énormément de monde. – Et ma conclusion est que : on a peur de la monarchie. En admettant qu’elle passe, ce ne sera qu’à une majorité de 5 à 6 voix. Or, comme d’ici au Jour de l’An il y aura 13 élections radicales, la Chambre renverserait le roi. Ce serait charmant ! De plus, l’armée est républicaine et bonapartiste. Messieurs les militaires se flanqueraient des coups de fusil, etc. Bref, ce serait déplorable ! Mais Henri V (qui jusqu’à présent n’a fait aucune concession, quoi qu’on dise) sera enfoncé et nous aurons dès le lendemain un ministère Centre gauche. […] La légitimité n’est pas plus viable que la Commune. Ce sont deux âneries historiques. » (Corr., IV, 726). Le 9 novembre 1873, Mac-Mahon est confirmé pour sept ans à la Présidence par l’Assemblée, ce qui ne réjouit guère Flaubert, hostile à ce politicien si peu dévoué à la République. Toutefois, les événements des mois précédents le confortent dans l’idée « que la République va se constituer définitivement, par une transition lente » (Corr., IV, 739) De fait, les lois constitutionnelles de la Troisième République sont finalement votées en 1875. Mais, en 1876, les élections législatives donnent une Assemblée à majorité républicaine, et Mac-Mahon ne tarde pas à entrer en conflit avec cette majorité. Le 16 mai 1876, il oblige son premier ministre, le républicain Jules Simon, à démissionner, et pendant plusieurs mois Flaubert évoque sa « fureur » contre Mac-Mahon (Corr., V, 325). Le Maréchal va encore plus loin lorsqu’il tente de modifier la majorité législative et dissout l’Assemblée. Les élections législatives d’octobre 1877 lui sont tout aussi défavorables mais il ne cède pas. Flaubert est consterné : « Eh bien ! “notre sauveur” et les ministres restent en place ! Cet entêtement est sublime, mais il faut s’attendre à tout de la part des imbéciles […] » (Corr., V, 323). Quant aux Bonapartistes, ils se déchirent et se ridiculisent. Le prince Jérôme se présente aux élections comme candidat républicain, et il est battu par le baron Haussmann, dont la candidature est soutenue par l’ex-impératrice ! « Le plus comique, c’est que les Bonapartistes gueulent comme des ânes contre Mac-Mahon », écrit Flaubert à Zola (5 octobre 1877, Corr., IV, 307). Il faudra attendre le 30 janvier 1879, pour que Mac-Mahon se décide enfin à démissionner, après des élections sénatoriales dont sort une majorité de gauche. C’est du nouveau ministère, que les amis de Flaubert qui le voient de plus gêné par ses difficultés financières, obtiennent de Jules Ferry une place de bibliothécaire honoraire à la Bibliothèque Mazarine.

Dans cette période, où la Troisième République fait l’expérience d’une nouvelle forme de légitimité, celle que procurent les urnes, Flaubert écrit une pièce sur les campagnes électorales : Le Candidat. La rédaction débute en juin 1873 et la pièce est représentée le 11 mars 1874 au théâtre du Vaudeville. Mais c’est un échec que Flaubert tente d’expliquer par les attentes trop idéologiques du public : « Les conservateurs ont été fâchés de ce que je n’attaquais pas les républicains. De même, les communards eussent souhaité quelques injures aux légitimistes. » (à G. Sand, 12 mars, Corr., IV, 779).  Et il rapporte cette anecdote qui le réjouit : lors de la première du Candidat, Hippolyte de Villemessant, le directeur du Figaro, aurait recommandé son éreintement journalistique « parce que ce Flaubert est un républicain » (Corr., IV, 783) !

Dans les années 1870, l’image de Flaubert s’est donc transformée. Son entourage a également changé. Bouilhet et Sainte-Beuve sont morts (tous deux en 1869). Il voit toujours Edmond de Goncourt (un irréductible antirépublicain), mais il s’éloigne de plus en plus de Maxime Du Camp, dont le conservatisme réactionnaire l’irrite profondément, et en 1878, il est indigné par la prépublication, dans la Revue des Deux Mondes, d’un chapitre des Convulsions de Paris sur la Commune, qui dénonce un prétendu coupable d’incendie (Corr., V, 430). Très tolérant dans ses amitiés, Flaubert fréquentait d’ailleurs déjà des républicains sous l’Empire (Ernest Feydeau, Edmond Laporte à partir de 1866, Agénor Bardoux, le comte d’Osmoy…). Mais ils deviennent plus nombreux autour de lui à partir des années 1870, les idées républicaines se répandant progressivement dans la société française comme en témoigne le résultat des élections successives. Renan se rapproche de la Troisième République qui le comble d’honneurs, Marcellin Berthelot, un ancien des dîners Magny, s’engage en politique (il sera plusieurs fois ministre dans les années 1880-1890). Flaubert fréquente Zola et ses amis, une génération plus jeune. Il se lie avec Juliette Adam, une républicaine, anticléricale et féministe, qui tient un salon littéraire et politique, et il lui promet même la prépublication de son roman Bouvard et Pécuchet pour sa Nouvelle Revue. Il fréquente aussi le salon de son éditeur Georges Charpentier qui édite les naturalistes et qui est au cœur des réseaux républicains : Flaubert y retrouve Hennique, Céard, Bardoux, et il y rencontre Gambetta. À Rouen, il est également plus proche de personnalités qui arrivent au Conseil municipal à partir des élections de 1874, en remplacement de conseillers conservateurs. Il ne sera jamais républicain comme Dussardier, par amour des pauvres, même s’il se montre parfois sensible à la misère des individus, et il se dit lui-même « très mince républicain » (à L. Brainne, juillet 1878, Corr., IV, 402). Mais il hait par-dessus tout le parti de l’Ordre, et il se réjouit de son « renfoncement » aux élections partielles du 7 juillet 1878 qui portent à la Chambre seize républicains et quatre réactionnaires (ibid.). Flaubert est un libéral conservateur, qui s’en prend indifféremment à droite et à gauche à toute idéologie qui menace l’individu dans sa liberté d’entreprendre, de posséder, de penser et de s’exprimer.

« La politique est abrutissante », écrit Flaubert en 1877 (Corr., V, 307). Pourtant la Correspondance montre qu’il a suivi de près les événements, et qu’il s’est passionné pour l’avenir de la république. Aussi les déboires de Maupassant, poursuivi par le parquet d’Étampes,  en 1880, pour son poème « Une fille », le laissent-ils d’abord perplexe : « Il y a là-dessous quelque chose d’inexplicable. Sont-ils payés pour démonétiser la République en faisant pleuvoir dessus le mépris et le ridicule ? » (Corr., V, 839). À moins que cette autre hypothèse ne soit la bonne : « le pouvoir n’aime pas un autre pouvoir. Les gouvernements ont beau changer, monarchie, empire ou république, peu importe !  L’esthétique officielle ne change pas. » (Corr., V, 840) Malgré son ralliement à l’idée républicaine, il n’abandonne donc pas son scepticisme aristocratique.

Bibliographie : J.-L. Douchin, « Flaubert, écrivain “progressiste” : une idée reçue », Annales de Normandie, 1984, n° 4, p. 397-410. – Y. Marec, « Flaubert et le contexte politique rouennais au début de la IIIe république », Bulletin Flaubert-Maupassant, n° 18, 2006. – D. Oelher, Flaubert et la politique, Revue Flaubert [en ligne], Centre Flaubert de Rouen, n° 5, 2005. – A. Ritchie, « Flaubert, Maupassant et le maréchal Mac-Mahon », Bulletin des Amis de Flaubert, 1986, n° 68. –  G. Séginger, « Flaubert : en haine de la politique », dans A. Vaillant et S. Triaire (dir.), Écritures du Pouvoir et pouvoir de la littérature, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2001, p. 37-51. – M. Winock, Flaubert, Gallimard, 2013.

Gisèle Séginger
LISAA – Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Institut universitaire de France

 

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.