Tocqueville [1805-1859]

Bien que Flaubert ne cite jamais explicitement Tocqueville dans ses œuvres, même dans Bouvard et Pécuchet, ses réflexions dans la correspondance des années 1850 présentent des similitudes flagrantes avec la pensée libérale de l’historien de la démocratie. On sait par une lettre adressée le 10 octobre 1862 à Michel Lévy, leur éditeur commun, qu’il a « sous les yeux » L’Ancien régime et la Révolution. Sur un folio de notes pour la rédaction de L’Éducation sentimentale Flaubert mentionne la réception de l’historien à l’Académie française en 1842 (manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen, g 226 vol. 1, folio 161) et le dossier documentaire de Bouvard et Pécuchet contient aussi deux passages sur Tocqueville relevés dans les ouvrages contemporains (g 226 vol. 6, folio 26 et g 226 vol. 7, folio 282). Cette rareté relative des citations rend assez difficile l’étude de l’influence directe de Tocqueville sur Flaubert, malgré une affinité évidente, de même que la datation d’une première lecture, même si certaines expressions employées dans la correspondance des années 1852-1854 permettent de supposer qu’elle remonte à cette période qui est celle de la rédaction de Madame Bovary.
Né dans une famille noble connue, Tocqueville appartient à un monde vaincu par la Révolution et cette situation lui inspire la problématique de sa réflexion : l’avènement de la société démocratique dont il trouve les antécédents dans l’évolution de l’Ancien Régime. Dès sa jeunesse il s’oriente vers l’histoire sociale. Lecteur d’Augustin Thierry, il suit assidûment en 1829-1830 les cours de Guizot sur l’histoire de la civilisation européenne. Il se détourne de l’ultraroyalisme de ses parents et se forme dans le courant libéral des Doctrinaires sans devenir pour autant l’un de leurs épigones. Certes, dès la fin de la Restauration, il s’éloigne des Légitimistes, mais après 1830 il s’oppose aussi aux Doctrinaires dont la pensée se fige peu à peu en un conservatisme sous la monarchie de Juillet. Il se fait une place à part entre ces deux camps, ce qui lui fournit la distance nécessaire pour analyser la société démocratique. En 1831-1832, il quitte la France pour voyager en Amérique, chargé d’une mission officielle pour étudier le système pénitentiaire. En se fondant sur cette expérience, il publie en 1835 le premier volume de son chef-d’œuvre sur les institutions politiques et l’état social du Nouveau Monde, De la Démocratie en Amérique, qui connaît un succès immédiat.
Après le triomphe de son premier livre, Tocqueville est élu député de la Manche en 1839. Il défend cette année même l’abolition de l’esclavage et, en 1840 et 1843-1844, une réforme des prisons. Il mène pourtant des enquêtes sur les affaires d’Algérie avec l’idée que la France pourrait en faire une colonie (1837-1847). Sous la deuxième République, membre de l’Assemblée législative, il devient ministre des Affaires étrangères. Après le coup d’État de Louis Napoléon en 1851, il se retire de la vie publique. Il rédige alors ses Souvenirs de la révolution de Février, et il se lance dans la préparation de L’Ancien Régime et la Révolution, qui paraîtra en 1856. Ce dernier livre analyse le développement de l’égalité grâce à la centralisation sous l’Ancien régime et il s’arrête en 1789.
Flaubert et Tocqueville partagent la même inquiétude devant la démocratie, qui, par la domination de l’opinion publique, s’avère dangereuse pour la liberté individuelle (lettre à G. Sand du 12 juin 1867); De la Démocratie en Amérique, Œuvres complètes, t. I vol. II, 1992, 267-268). Mais leur position est loin d’être réactionnaire sur ce point. Ils estiment qu’il est impossible de nier le nouvel état des choses. Ainsi Tocqueville conclut son introduction de La Démocratie par cette réflexion sur le caractère inéluctable de l’évolution : « Le développement graduel de l’égalité des conditions est donc un fait providentiel, […] » (Œuvres complètes, t. I vol. I, 1992, 4). Après la tentative de Restauration de Mac Mahon, Flaubert s’écrie : « Est-ce qu’on peut prendre tout un peuple à rebrousse-poil ! nier 80 ans de développement démocratique, et revenir aux chartes octroyées ! » (lettre à sa nièce, 4 novembre 1873). Tous deux libéraux, au sens que l’on donnait à ce terme au XIXe siècle, Flaubert et Tocqueville ne cessent de critiquer la politique centralisatrice de l’État. En 1856, Tocqueville remarque que depuis la Révolution la réforme sociale vient toujours d’un pouvoir central : selon lui, les réformateurs « veulent emprunter la main du pouvoir central et l’employer à tout briser et à tout refaire suivant un nouveau plan qu’ils ont conçu eux-mêmes ; […] » (L’Ancien Régime et la Révolution, Œuvres complètes, t. II vol. 1, 1981, 135). Sous une forme presque identique, Flaubert écrit à la même époque : « L’idéal de l’état, selon les socialistes, n’est-il pas une espèce de vaste monstre absorbant en lui toute action individuelle, toute personnalité, toute pensée, et qui dirigera tout, fera tout ? […] « Il faut tout régler, tout refaire, reconstituer sur d’autres bases », etc. » (lettre du 15-16 mai 1852). Cet accord n’a rien d’étonnant car Flaubert et Tocqueville sont tous deux nourris par la même culture libérale. D’autres libéraux contemporains partagent d’ailleurs avec eux la critique du pouvoir central, comme Bastiat, que Flaubert a lu en 1852 (25 janvier 1852).
Mais une ressemblance encore plus profonde entre Tocqueville et Flaubert peut s’observer dans leurs analyses morales de l’homme démocratique, de ses penchants autoritaires, et de la politique centralisatrice. Dans La Démocratie en Amérique, Tocqueville étudie les ressorts psychologiques de l’envie démocratique : « Il y a […] une passion mâle et légitime pour l’égalité qui excite les hommes à vouloir être tous forts et estimés. Cette passion tend à élever les petits au rang des grands ; mais il se rencontre aussi dans le cœur humain un goût dépravé pour l’égalité, qui porte les faibles à vouloir attirer les forts à leur niveau, et qui réduit les hommes à préférer l’égalité dans la servitude à l’inégalité dans la liberté » (De la Démocratie en Amérique, Œuvres complètes, t. I vol. 1, 1992, 52-53). Balzac aussi a été sensible à cet aspect négatif de la passion égalitaire (Balzac, Béatrix, [1839], La Comédie humaine, II, 905-906), que Flaubert appellera plus tard « la manie du rabaissement » (15-16 mai 1852). Cette envie caractérise certains personnages de ses romans. Emma l’éprouve dans Madame Bovary : « Elle valait bien cependant toutes celles qui vivaient heureuses ! Elle avait vu des duchesses à la Vaubyessard qui avaient la taille plus lourde et les façons plus communes, et elle exécrait l’injustice de Dieu » (MB, 208). Dans L’Éducation sentimentale, un sentiment analogue anime le socialiste Sénécal qui éprouve une « haine essentielle de toute distinction » (ES, 226). En effet, ce que le socialiste demande, c’est une sorte d’égalitarisme de caserne (ES, 228), mais lorsqu’il s’agit de lui-même, à la fabrique de faïence, il déplore que M. Arnoux ne paraisse « faire nulle attention à son mérite » (ES, 301). Le désir de l’ascension sociale se tourne en dénigrement de ce qu’on convoite. Ainsi, chez le socialiste, ou chez Pellerin et Deslauriers, la posture démocratique s’allie paradoxalement au désir inassouvi de dominer (ES, 227-232, 282-283, 307-308, 552). Les romans de Flaubert et les analyses de Tocqueville ont donc une cible commune.
L’avènement de l’esprit démocratique a aussi des conséquences esthétiques. Tocqueville aborde ce problème dans le second volume de La Démocratie en Amérique: selon lui, l’égalité détourne de « la peinture de l’idéal » et force le poète à «s’adonne[r] presque exclusivement à concevoir l’utile et à représenter le réel.» (De la Démocratie en Amérique, Œuvres complètes, t. I vol. II, 1992, 77) Avant Tocqueville, Madame de Staël avait déjà examiné la relation entre la littérature et les institutions politiques en posant la question de la « vulgarité » en littérature (De la littérature, 1800). Victor Hugo donne en quelque sorte une réponse à cette question dans la Préface de Cromwell (1827). Selon lui, la poésie romantique doit être la représentation totale du «réel». Le risque propre à cette poésie, dit-il en reprenant l’expression de Royer-Collard (discours du 22 janvier 1822), c’est « l’irruption du commun, qui, ainsi que la démocratie, coule toujours à pleins bords » (Œuvres complètes, t. XII, « Critique », 26). Contre cette menace, Hugo a recouru à la versification comme « forme optique de la pensée », capable de communiquer au médiocre une sorte de « relief » (Œuvres complètes, t. XII, « Critique », 28) sans le dénaturer. De même Flaubert veut faire des dialogues toujours bien écrits quel que soit le niveau de langue et l’appartenance sociale des personnages, et il définit ainsi son idéal : « Bien écrire le médiocre et faire qu’il garde en même temps son aspect, sa coupe, ses mots même » (12 septembre 1853). Ainsi Flaubert invente-t-il une écriture des temps démocratiques qui transfigure la médiocrité en Art. Cette écriture répond à un questionnement auquel Tocqueville a donné pour sa part une forme théorique.

Bibliographie : H. Balzac, La Comédie humaine, édition publiée sous la direction de P.-G. Castex, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1976-1981, 12 vol. – G. Blix, «Flaubert, Tocqueville et l’écriture démocratique », En ligne sur le site acamedia.edu. – P. Dufour, « Flaubert, Tocqueville, la rue », Les Temps modernes, 62 année, n° 642, 2007, p.18-35. – V. Hugo, Œuvres complètes, sous la direction de J. Seebacher et G. Rosa, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1985-1990, 15 vol. – K. Matsuzawa, «Madame Bovary et Tocqueville. Une lecture politique et philosophique », P.-L. Rey et G. Séginger (dir.), Madame Bovary et les savoirs, Presses Sorbonne nouvelle, 2009, p. 85-92. – F. Mélonio, Tocqueville et les Français, Aubier, coll. « Histoire », 1993 ; « Flaubert, « libéral enragé » ? », Flaubert : la politique, l’art, l’histoire, A. Herschberg Pierrot, Presses Universitaires de Vincennes, coll. « Manuscrits modernes », 2010, p. 15-33. – P. Petitier, Littérature et idées politiques au XIXe siècle : 1800-1870, Nathan, 1996. – J. Rancière, La parole muette. Essai sur les contradictions de la littérature, Hachette Littératures, 1998. – G. Séginger, « L’histoire des sentiments et des émotions », P. Glaudes et É. Reverzy (dir.), Relire L’Éducation sentimentale, Classiques Garnier, 2017. – G. de Staël, De la Littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales, Maradan, 1800. – N. Sugaya, « Flaubert et le roman démocrate », K. Matsuzawa (dir.), Balzac, Flaubert. La genèse de l’œuvre et la question de l’interprétation, Graduate School of Letters, Nagoya University, 2009, p. 111-116. – A. Tocqueville, Œuvres complètes, Gallimard, 1951-2003, 29 vol.

N. Hirasawa
LISAA – Université Paris-Est Marne-la-Vallée

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.