BICENTENAIRE FLAUBERT

2021 

Flaubert en images

Organisateurs: Juliette Azoulai (université Gustave Eiffel), Philippe Dufour (université de Tours), Gisèle Séginger (université Gustave Eiffel)

Alfons Mucha – 1896 – Salammbô

De la documentation au texte l’écriture flaubertienne fait une place importante au visuel que ce soit dans la description du réel, dans la reconstruction de l’Antiquité ou dans le récit d’hallucinations. Si le visuel est intrinsèquement lié à l’esthétique et à la poétique flaubertiennes du roman, les images vues et admirées par les personnages sont souvent la cible de l’ironie, dès Madame Bovary où elle vise les images stéréotypées créées soit par une mauvaise poésie ou des récits mièvres, soit par les nombreux produits dérivés d’un art qui devient industriel. Il n’est donc pas étonnant que Flaubert ait refusé avec obstination l’illustration de ses propres œuvres. Mais ses réticences à l’égard de l’image graphique sont surtout révélatrices d’une poétique de l’image écrite qui préserve la part du rêve dans les textes. La puissance visuelle de la lettre supérieure à l’image figée – une femme écrite fait rêver à mille femmes – inspirera bien des artistes, et les réinterprétations en images se multiplieront après la mort de Flaubert : œuvres graphiques (des éditions illustrées jusqu’aux bandes dessinées), cinématographiques ou plastiques surtout dans le cas de Salammbô qui a suscité un engouement chez les peintres et les sculpteurs.

Ce colloque réunira des spécialistes de littérature, de stylistique, de philosophie, d’histoire de l’art, des arts visuels (cinéma, photographie, illustration) ainsi que des écrivains. Il s’organisera autour de quelques axes.

  • La formation esthétique et visuelle de Flaubert (en Orient en particulier) et le rapport des textes à la peinture ancienne et contemporaine, la création dans ses romans de « tableaux d’auteur » inventés.
  • Le rapport ambivalent de Flaubert aux images : l’image mentale, entre génie et pathologie (comme le montre le dialogue avec le philosophe Taine sur l’hallucination) peut provenir d’une « déclivité involontaire d’idées, d’images » ; l’image peinte ou imprimée est perçue soit comme une source, soit comme une pétrification de l’activité imaginative (stéréotype).
  • La construction du visuel et de l’expérience visuelle des personnages des brouillons aux textes : que voient et comment voient les personnages ? C’est notamment tout l’enjeu du bovarysme, défini par le philosophe Jules de Gaultier comme une pathologie de la vision (« le mal d’avoir connu l’image de la réalité avant la réalité »).
  • La conception des images stylistiques que Flaubert choisit tantôt de bannir ou au contraire de cultiver (par exemple dans la féérie Le Château des cœurs en incarnant les tropes sur scène).
  • La puissance visuelle des textes flaubertiens commentée dans la réception au XIXe siècle et le rapport des écrivains actuels à la pratique flaubertienne de l’image.
  • La mise en images des textes de Flaubert par les différents arts qui révèlent parfois une part d’imaginaire jusque-là méconnue dans l’œuvre.

Contacts : seginger.gisele@u-pem.fr

 
 
 

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.