Senard (Antoine Marie Jules) [1800-1885]

Rouennais d’origine, il mène une double carrière parisienne et normande. Inscrit au barreau de Rouen en 1821, ce brillant avocat fait partie de « l’opposition dynastique » sous Louis-Philippe (J.-L. Brière). Le 25 décembre 1847, Senard préside à Rouen le banquet réformiste, auquel assistent Flaubert, Louis Bouilhet et Maxime Du Camp. Louise Colet reçoit, fin décembre 1847,  les commentaires ironiques de l’écrivain : « J’ai assisté à un banquet réformiste ! […] Quelque triste opinion que l’on ait des hommes, l’amertume vous vient au cœur quand s’étalent devant vous des bêtises aussi délirantes, des stupidités aussi échevelées » (Corr., I, 492). En février 1848, Senard se rallie à la République dès le changement de régime. Nommé procureur à Rouen, il réprime en avril un soulèvement ouvrier. Élu député, il devient président de l’Assemblée nationale en juin et, à ce poste, soutient le général Cavaignac dans la répression violente de l’insurrection, avant d’être nommé ministre de l’Intérieur. Après l’élection de Louis Napoléon Bonaparte, Senard s’inscrit au barreau de Paris et entre dans l’opposition.

Ses convictions politiques républicaines et ses attaches rouennaises en font le défenseur idéal pour Madame Bovary, quand en 1857 le ministère public accuse le roman « d’outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs. » La Revue de Paris, dans l’opposition républicaine, le choisit pour raisons politiques, tandis que l’écrivain avance des motifs familiaux. L’ami de son père peut attester de la notoriété rouennaise et de l’honorabilité du chirurgien Flaubert, garant de la moralité de son fils Gustave.

Senard ne défend pas le roman au nom de la liberté d’expression indispensable à la littérature. Il répond au réquisitoire du procureur avec les mêmes arguments moraux que l’accusation, en les inversant : Madame Bovary, en montrant l’horreur du vice et en punissant son personnage par le suicide, prône en fait la vertu. Acquitté, Flaubert se réjouit de la plaidoirie de Senard, à qui il dédie le livre édité chez Michel Lévy.

Bibliographie : J. Joubert, Jules Senard. De la défense de Flaubert à la défense de la République, 1800-1885, Presses du Palais Royal, 1984. ‒ J.-L. Brière, « Jules Senard sous la Monarchie de Juillet et la Deuxième République », Bulletin Flaubert Maupassant, 2014, n° 30.

Joëlle Robert
Société des Amis de Flaubert et Maupassant


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.